Archives par étiquette : Amérique du nord

Staging American Memories

StagingAmericanMemoriesToujours le thème de la mémoire à l’honneur!

Journée d’études MISE EN SCÈNE DE LA MÉMOIRE AUX AMERIQUES/STAGING AMERICAN MEMORIES, organisée par le CAS et FRAMESPA (UTM) et le Centre Universitaire Champollion, les 13 et 14 mars, à l’Université Toulouse II-le Mirail (Maison de la Recherche, salle D29 et D30) et au Centre Universitaire Champollion (Maison du Multimédia, Auditorium 2).

Programme

 

Migrations… idées et représentations dans les Amériques

logoIdA4compressé31ères Doctoriales Pôle Sud-Ouest

Institut des Amériques, 22 mars 2013, Université de Toulouse-Le Mirail (Salle du château)

9h-9h30 Ouverture (présentation de l’IdA et du Pôle Sud-Ouest)

9h30-12h30 Migrations, réseaux, collectifs et associations  

Discutants : Nathalie Dessens, Richard Marin  et Modesta Suarez

– Fabien LAFFONT, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « Dynamique des migrations transnationales boliviennes à destination du Brésil » (2e année, directrice Angelina Peralva)

– Osvaldina DOS SANTOS ARAUJO, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « La migration des Brésiliens au Suriname et la traite internationale des êtres humains » (2e année, directrice Angelina Peralva)

11h00-11h15 Pause café

– Gabriela CARIAS-REYES, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « Protestation et démocratie. Analyse microsociologie de la mobilisation du collectif Féministes en Résistance contre le coup d’Etat de juin 2009 au Honduras » (1e année, directrice Angelina Peralva)

12h15-13h45 Pause déjeuner

14h-17h Politiques, idées et représentations

Discutants : Françoise Coste, Eric Dubesset, Annick Holle et Modesta Suárez

– Pablo VIRGUETTI VILLARROEL, Université Montaigne-Bordeaux 3 : « Le rapport mimétique dans Los detectives salvages de Roberto Bolaño » (2e année, directeur Raphaël Esteve).

– Liliana CANO, IEP de Toulouse: « Politique Fiscale et réduction des inégalités économiques en Amérique Latine : le cas de l’Equateur » (3e année, directeur Denis Requier-Desjardins).

15h30-16h00 Pause café

– Mara SIERRA JIMENEZ, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Approche comparative de systèmes de gestion dans des parcs nationaux habités d’Amérique. La dimension dialogico-réflexive de l’adaptation dans les processus de construction et de gestion territoriale ? Exemples du cas colombien, guyanais et québécois » (3e année, directeur Jean-Yves Puyo)

Eau et vulnérabilité dans les Amériques

ORLAAppel à contribution revue L’Ordinaire des Amériques qui a rejoint cette année revue.org. Cet appel concerne le numéro 4 prévue pour le printemps 2014 de la nouvelle version de la revue et porte sur le thème « Eau et vulnérabilités dans les Amériques ».

Coordination
Alexandra Angéliaume‐Descamps (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Anne Peltier (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Arturo Vallejos (Universidad de Los Lagos, Osorno, Chili)

Appel à proposition

Dans un contexte d’évolution des conditions climatiques, économiques et sociétales, la gestion de l’eau se trouve au cœur des questions de santé, de sécurité, de qualité de vie ou encore de développement. Face à une ressource en eau de plus en plus sollicitée et qui se dégrade qualitativement et quantitativement, face aussi à des interrogations sur l’évolution future des aléas en contexte de réchauffement climatique, se pose la question de la vulnérabilité et de la résilience des sociétés. La persistance voire l’augmentation des catastrophes liées à l’eau (pollutions, sécheresses, inondations) dans un monde de plus en plus apte techniquement à agir sur les aléas met en effet en lumière la forte vulnérabilité des sociétés face à ce type de risque. Si l’anthropisation des aléas (inondation par ruissellement urbain, contamination anthropique des eaux, assèchement de zones humides, etc.) est incontestable et constitue un facteur aggravant, la part de la vulnérabilité sociale dans l’occurrence des catastrophes est aujourd’hui reconnue comme un facteur déterminant.

Cette vulnérabilité peut être considérée comme une propriété intrinsèque d’un groupe social, indépendante des aléas. Elle apparaît alors comme touchant particulièrement les groupes sociaux socialement ou économiquement marginalisés. Dans cette perspective se pose la question de la façon dont ces sociétés « fondamentalement » vulnérables s’organisent face aux risques liés à l’eau. Dans quelle mesure les risques liés à l’eau constituent-ils un élément supplémentaire de vulnérabilisation de ces sociétés ? Inversement, ces sociétés ne mettent-elles pas également en œuvre, dans ou hors du cadre réglementaire, des stratégies d’adaptation originales ?

La vulnérabilité peut également, c’est le cas le plus fréquent, être analysée en référence à un type spécifique d’aléa. On peut alors identifier diverses vulnérabilités : matérielles, structurelles ou encore fonctionnelles, relatives au contexte et aux facteurs de mise en vulnérabilité. Les premières concernent l’endommagement matériel, portant atteinte à l’intégrité physique d’un enjeu donné. Les deuxièmes portent sur l’endommagement du fonctionnement, assimilable à une perturbation qui empêche l’enjeu d’assurer sa fonction (de production ou de service). Enfin, les troisièmes structurelles portent sur l’endommagement de la structure ou de l’organisation. Cette vulnérabilité tend à s’accroître du fait de l’évolution même des sociétés (dépendance à la ressource de confort, de production, valeur croissante des constructions dans les zones inondables, etc.). Il est vrai que les situations et les enjeux, et de fait les vulnérabilités, ont considérablement évolué au cours des dernières décennies. Les espaces ruraux sont soumis à des transformations socio-spatiales rapides et intenses avec par exemple le développement de systèmes agricoles intensifs irrigués sur les hautes terres tropicales. La croissance urbaine rapide, parfois difficilement contrôlée, et génératrice de fortes disparités sociospatiales, engendre une vulnérabilité urbaine d’autant plus grande qu’elle est souvent sous-estimée. Dans ce contexte, les marges ou espaces d’interface apparaissent comme des zones d’enjeux croisés et multiples dans lesquels se nouent les conflits et où se joue, autour de l’aménagement du territoire, la vulnérabilité de demain.

De cette diversité des contextes d’exposition, des capacités ou non de résilience locale ou institutionnelle, découlent une grande diversité de situations de vulnérabilité face aux risques liés à l’eau, dont l’Amérique se fait le reflet, par des contrastes ou des trajectoires communes entre nord et sud. Loin de prétendre dresser un tableau exhaustif, ce qui serait bien impossible, cet appel souhaite présenter un reflet de cette diversité des vulnérabilités, des dispositifs locaux ou institutionnels de résilience, etc. soit par des approches à dominante spatiale, sociale, hydrologique, économique ou physico-chimique, soit à la croisée de ces approches dans le cadre de démarches interdisciplinaires. Nous proposons ainsi quelques pistes de questionnement, entre autres thématiques, qui pourront guider nos réflexions afin d’alimenter les avancées sur les études des vulnérabilités aux risques liés à l’eau dans les Amériques (de fait, les contributions attendues devront impérativement reposer sur des exemples pris dans les Amériques et intégrer un des points suivants) :

  • Comprendre et évaluer la construction et les mutations des vulnérabilités sociales liées à l’eau, soit mesurer les évolutions et les mutations récentes de ces vulnérabilités
  • Evaluer les conditions de résilience et les outils de réduction mis en œuvre (gouvernance environnementale, adaptations locales, gestion participative)
  • L’urbain et le rural, les zones de contact urbain/rural : diversité des espaces, diversité des constructions et des stratégies d’adaptation/résilience en matière de vulnérabilités sociales
  • Amérique du nord/Amérique du sud : confronter les savoirs, les enseignements, les vulnérabilités sociales et les processus d’adaptation face aux risques liés à l’eau

Nous attendons donc vos propositions afin d’illustrer et/ou croiser ces divers questionnements autour des vulnérabilités sociales liées à l’eau dans les Amériques.

Délais et consignes
Les intentions de contributions (titre, mots clés, et résumé ne dépassant pas 3 000 signes, en français ou anglais ou espagnol) doivent être adressées à Alexandra Angéliaume‐Descamps GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM et Anne Peltier GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM  au plus tard le 30 avril 2013.

L’information concernant les résumés retenus sera donnée le 15 mai 2013 et les textes sélectionnés devront être remis le 30 juillet 2013 pour une parution en janvier 2014. Les articles seront soumis dans l’une des quatre langues de publication de la revue (anglais, espagnol, français, portugais). Les résumés et cinq mots‐clefs, dans au moins deux des quatre langues de la revue dont la langue d’origine et l’anglais (le Comité éditorial se charge de la traduction du résumé et des mots‐clefs dans les deux autres langues). Pour plus de détail, voir le site de la revue.

Télécharger l’appel à contribution (anglais)

Télécharger l’appel à contribution (espagnol)

La revue l’ORdinaire Latino-Américain (ORLA), portée par l’IPEAT (Institut pluridisciplinaire d’études sur les Amériques à Toulouse) prend un nouvel envol. Revue
pluridisciplinaire centrée sur les sciences humaines, et sur l’art et la littérature, s’intitulant désormais l’ORDinaire des Amériques (ORDA), la revue s’ouvre à
l’ensemble des Amériques, devient une revue en ligne, et renforce plus avant sa légitimité scientifique en associant de grandes personnalités du monde académique à son comité d’évaluation scientifique.

Revue ORDA ‐ UTM – 5 allées Antonio Machado 31 058 Toulouse cedex
http://ipeat.univ‐tlse2.fr/accueil/publications/l‐ordinaire‐des‐ameriques/

« The lifting of environment to expression » : american representations of place

PaysageJECASJournée d’études organisée par le GENA (Groupe d’Etudes Nord-Américaines), CAS (Cultures Anglo-Saxonnes) : vendredi 29 mars 2013, Le Château – Université de Toulouse II-Le Mirail.

Responsables scientifiques : Wendy Harding, Université de Toulouse et Gretchen Murphy, University of Texas.

Télécharger le programme

L’Amérique du Nord au XXIe siècle

Nouvel ouvrage : L’Amérique du Nord au XXIe siècle. Enjeux, défis et perspectives. Coordination David GIBAND. 

À travers 17 chapitres, les auteurs abordent les défis d’un continent, entre intégration régionale et perspectives globales :

  • diversité(s) en Amérique, diversité de l’Amérique du Nord : migrations, latinisation du continent, modèles urbains nord-­‐américains…
  • les défis de l’environnement et du social : l’après Katrina, les risques environnementaux, villes et transition énergétique, sécurisation…
  • l’Amérique du Nord dans un monde globalisé : intégration régionale, tourisme, ALENA, capitalisme américain…

Marking the Land in North America

La journée d’études du CAS (Cultures  Anglo-Saxonnes) : « Marking the land in North America » aura lieu 13-14 Mai 2011, Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle D29.

Saisissant l’opportunité de la présence à Toulouse, comme professeur invité, de Scott Slovic, spécialiste d’éco-critique à l’Université du Nevada, le Groupe d’Etude Nord-Américaines, axe 5 du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, a décidé d’organiser un colloque de deux jours intitulé « Marking the Land » (Comité Scientifique: Nathalie Dessens, Wendy Harding, Scott Slovic). Ce colloque explorera les marques laissées par l’homme dans ses interactions avec l’environnement en Amérique du Nord. Notre vie quotidienne a un impact historique, social et écologique qui laisse des marques visibles ou invisibles, tandis que l’environnement impose sa marque sur les communautés qu’il accueille. La marque est donc double et interactive. Des catastrophes environnementales récentes ont montré à quel point ces marques peuvent devenir dévastatrices mais aussi comment elle peuvent altérer la conscience que le public a des crises écologiques. Que nous transformions l’environnement, que nous le dégradions ou que nous le protégions, notre existence le modifie et le marque. Ce colloque examine la façon dont le paysage nord-américain a été modelé et façonné, délibérément ou accidentellement, par les diverses populations qui l’habitent. En même temps, nous nous intéresserons à la manière dont l’art constitue une autre forme de marque laissée par l’activité humaine sur l’environnement. Les arts visuels, en particulier ce que l’on nomme le « land art, » participent des interactions permanentes que nous avons avec ce qui nous entoure. Dans des styles extrêmement variés (polémique, élégiaque, lyrique, humoristique), les écrivains ont réagi face à leur environnement et ont laissé sur lui des marques distinctives que nous examinerons au cours de ces deux jours de travaux scientifiques.

Organized by the North American Studies Group, University of Toulouse le Mirail, Toulouse, France. Scientific committee: Wendy Harding, Université de Toulouse, Scott Slovic, University of Nevada,

This conference will explore the various traces left by human beings in their interactions with the environment in North America. Our daily existence has a social, historical and ecological impact that leaves visible or invisible marks in space while the land imposes its mark on the communities that it welcomes. The mark is thus double-faced and interactive. Recent environmental disasters show how devastating these traces can become but also in what way they can alter the conscience that the general public has of eco-crises. Whether we transform, degrade or protect the land, our existence alters it and marks it. We welcome papers investigating how the American landscape has been shaped and fashioned, deliberately or accidentally, by the various populations inhabiting it. At the same time, we are interested in the ways in which art constitutes a different kind of trace of human activity on the land. The visual arts, especially all the “land arts” contribute to our ongoing interaction with our surroundings. In a variety of styles—polemical, lyrical, elegiac, humorous—writers have responded to their environment and left their own distinctive traces.

Télécharger le programme

Contact : Nathalie Dessens

Staging american mobility

Le laboratoire CAS (Cultures Anglo-Saxonnes) organise un colloque international sur « Staging american mobility » les 24 et 25 mars 2011 prochains à l’Université de Toulouse 2- le Mirail , Maison de la Recherche. (salle D31)

Contact : emeline.jouve@gmail.com

PROGRAMME

AFFICHE

Femmes, genre & histoire globale (Revue Clio, 15 ans)

Pour fêter ses 15 ans, la revue CLIO Histoire, Femmes et Sociétés, éditée aux PUM (Presses Universitaires du Mirail) et en ligne sur revues.org (avec embargo de 3 ans), souhaite s’interroger sur les notions d’histoire globale, mondiale ou « connectée » du point de vue de l’histoire des femmes et du genre. L’équipe de CLIO HFS a invité trois historiennes étrangères – Bonnie Smith, Asunción Lavrin et Nupur Chaudhuri – qui ont beaucoup oeuvré en ce sens depuis une quinzaine d’années aux États-Unis, tout en travaillant sur des aires géographiques différentes : l’Europe et l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Inde.

Bonnie Smith, historienne des femmes françaises et européennes, est l’éditrice des 4 volumes de The Oxford Encyclopedia of Women in World History.

Asunción Lavrin, spécialiste de l’histoire des femmes, du genre et du féminisme en Amérique latine, a codirigé les 4 volumes de la Historia de las mujeres en España y América Latina publiés sous la direction d’Isabel Morant.

Nupur Chaudhuri a travaillé sur la place du genre dans la colonisation et les mouvements nationalistes en Inde ; elle vient de coéditer Contesting Archives : Finding Women in the Sources.

A cette occasion un colloque aura lieu à l’IHEAL le vendredi 28 janvier 2011. Télécharger la plaquette du programme.

« La revue Clio fête ses 15 ans », Colloque, Calenda, publié le jeudi 13 janvier 2011, http://calenda.revues.org/nouvelle18526.html

L’Amérique du Nord / David Giband

David Giband est géographe, Professeur à l’Université de Perpignan (Laboratoire ART-Dev), il est également correspondant « IdA pôle Sud-Ouest » au sein de son université (UPVD) .

L’Amérique du Nord, 50 cartes et fiches, David Giband.- Ellipses Marketink, 2010.

Les cartes sont un formidable outil pour appréhender la complexité d’un monde en mutations rapides. Plus que la simple illustration d’un discours, elles mettent en lumière des formes d’organisation de l’espace, héritée, renouvelée ou improvisée. Instruments indispensables du géographe, elles le sont également de l’aménageur, de l’historien, du géopoliticien et, osons-le, de tout citoyen. Chacune des 50 cartes originales proposées est complétée par une fiche qui en éclaire le contenu.

• La première partie dresse l’inventaire des fondements identitaires de l’espace traité. Ces « cartes de l’identité » convoquent aussi bien le milieu naturel, la lente construction des territoires que leur organisation.

• Géographes, historiens, politiques ou institutions ont pensé le territoire. Chacune de leurs représentations relève de considérations scientifiques mais, le plus souvent, traduit des projets politiques ou économiques, aboutis ou non. Ces « identités des cartes » forment la deuxième partie.

• Enfin, la troisième partie se compose de cartes de synthèse présentant « les enjeux et les défis actuels ». Les dimensions économiques, sociales et géopolitiques sont privilégiées.

Fiche ouvrage

Identités américaines

Identités américaines : relations et interactions

/ American Identities in Relation and Interaction

Colloque international organisé par le G.E.N.A. (Groupe d’Etudes Nord-Américaines), C.A.S (Cultures Anglo-Saxonnes), Université de Toulouse-Le Mirail. 10-11 Juin 2010.

Contact: Nathalie Dessens et Wendy Harding

Programme

Bulletin d’inscription

Source : site web CAS