Archives par étiquette : environnement

Arbre frontière/Forêt frontière dans le monde hispanique et hispano-américain…

Photo : P Traisnel

Photo : P Traisnel

Journée d’études Framespa : « Arbre-frontière/Forêt-frontière dans le monde hispanique et hispano-américain du Moyen Age à l’époque contemporaine ».

Vendredi 19 avril 2013, Université Toulouse 26 Le Mirail, Maison de la Recherche, Salle A 306 (10h15-16h30).

Responsables : Luis Gonzalez et Catherine Heymann . Télécharger le programme

 Qu’elle marque la limite entre monde « civilisé » et monde « sauvage », entre société agricole et société nomade, qu’elle soit zone-tampon séparant des groupes humains, confins militaires ou espace de guerre dont les enjeux territoriaux sont souvent liés à la présence de ressources naturelles, la forêt a accompagné l’histoire des collectivités humaines.

Après deux journées consacrées respectivement aux imaginaires et aux représentations de l’Arbre (en 2011 et en 2012), cette journée portera plus spécifiquement sur les réalités géographiques et historiques de « l’arbre-frontière » / de « la forêt-frontière », que cette frontière soit politique ou espace en voie d’organisation, dans le monde hispanique et hispano-américain.

Sébastien Poublanc (FRAMESPA) : « Louis de Froidour, forestier de Louis XIV, sur la frontière méridionale ».

Au XVIIe siècle, une réforme forestière d’envergure eut lieu à l’échelle du royaume. Connue sous le nom de Grande Réformation, elle vit l’envoi de commissaires réformateurs dans tous les départements forestiers – ou grandes maîtrises des Eaux et Forêts.

Leur tâche consistait à réformer ces départements et à augmenter les revenus procurés par les forêts. Dans le cadre de la grande maîtrise de Toulouse, cette opération s’apparenta à la recherche du patrimoine forestier de la couronne et à l’établissement d’une administration à même de le gérer.

Louis de Froidour, qui en fut le principal réformateur, arpenta l’intégralité du ressort de la grande maîtrise, des Pyrénées au Rhône et nous a légué des témoignages fameux sur l’utilisation de l’arbre et de la forêt. De ces archives, il apparaît que loin de former un territoire connu et familier, les sylves méridionales étaient largement méconnues de la monarchie. En ce sens, elles formaient une véritable frontière culturelle sur laquelle allait veiller la nouvelle administration forestière.

Catherine Heymann (FRAMESPA) : « Quelques arpents d’Amazonie au cœur d’un des plus vieux conflits frontaliers : Pérou-Equateur ».

En 1995, le Pérou et l’Equateur s’affrontent lors de la « guerre du Cenepa » (département de Amazonas ; entre la Cordillère du Condor et le Haut Cenepa, un affluent du Marañon). C’est le dernier épisode belliqueux d’une longue série de conflits dont l’origine remonte à la période de l’Indépendance.

Au cœur du problème : un morceau de forêt amazonienne (moins de 400 km2), mal connu et mal intégré au territoire que se disputent les deux belligérants, qui lui prêtent cependant des richesses supposées. Plus qu’un conflit économique, il s’agit avant tout d’un problème territorial qui a cristallisé le nationalisme des deux États tandis que les populations autochtones, vivant à cheval sur la frontière, pâtissaient de la situation.

Jean-Paul Métailié (GEODE): « ‘La dernière forêt’. La réserve de biosphère Maya (Guatemala), entre  frontière agraire, gestion communautaire et conservation patrimoniale.

La réserve de Biosphère Maya a été créée en 1990 sur 21 000 km2 dans le nord du Guatemala, dans le département du Petén dont elle couvre près de 60% de la superficie. L’objectif était de protéger une des dernières grandes zones de forêt tropicale en Amérique centrale, adossée aux réserves de Montes Azules et Calakmul au Mexique. A cette époque, la guerre civile était en train de s’achever et la forêt, encore ample et dense, avait été une zone de guerrillas et de terribles combats. Depuis sa création, la réserve a été soumise à des évolutions contradictoires : colonisation agro-pastorale intensive dans toute la « zone tampon » et dans les parcs nationaux de la partie Ouest de la réserve (PN Sierra del Lacandon, PN Laguna del Tigre, où se trouvent également des exploitations pétrolières) ; mise en place d’une organisation communautaire dans les concessions forestières, développant une foresterie durable ; conservation environnementale et archéologique dans les parcs nationaux de Tikal et El Mirador. Quel peut être le devenir de cette dernière grande forêt dans le contexte actuel du Guatemala : croissance démographique, grande pauvreté, migration dans les basses terres, mais aussi explosion du narcotrafic et de la violence dans ce qui est la frontera sur du Mexique ?

Jean-Christian Tulet (GEODE): « La déforestation dans les Llanos occidentales du Venezuela, une frontière agropastorale dynamique ».

Les Llanos occidentales du Venezuela ont eu un destin assez particulier. Même si avec Chavez, cette région a vu naître la figure politique la plus imposante des dernières décennies, cette région a perdu le rôle majeur qu’elle a occupé pendant des siècles, et que l’on perçoit toujours dans certains éléments constitutifs de la culture nationale (en particulier dans le culte de l’homme à cheval et dans la musique populaire).

Cet affaissement du rôle de cette région tient pour une large part aux conséquences des guerres internes qui ont secoué le pays (la Guerre fédérale en particulier dans les années 1850) et qui ont abouti à une diminution très sensible de la population régionale. Les Llaneros, hommes à cheval, comparables aux gauchos ou mêmes aux hommes de l’Ouest nord américain, ont payé le prix fort tout au long de ces guerres. Il en a résulté une déprise humaine importante, accentuée par le développement des endémies (le paludisme) et la fuite des survivants vers des lieux plus acceptables (la Montagne andine). L’affaissement de l’occupation humaine a provoqué la croissance spectaculaire des espaces forestiers, qui passent de quelques 20 % de la superficie régionale au début du XIX° siècle à près de 45 % dans les années 1950 !

A partir de cette période, un retournement tout aussi spectaculaire se manifeste. Les nouveaux moyens de lutte contre le paludisme et l’ouverture de nouvelles voies de communication provoquent l’ouverture de fronts pionniers agropastoraux particulièrement actifs. La déforestation devient intense et provoque une régression rapide des espaces boisés. Mais cette nouvelle occupation de l’espace reste marquée par des traits assez particuliers, du fait d’une relative instabilité dans le contrôle territorial, un impact relativement faible de la part de l’Etat et une violence quotidienne qui semble s’accroître.

Eau et vulnérabilité dans les Amériques

ORLAAppel à contribution revue L’Ordinaire des Amériques qui a rejoint cette année revue.org. Cet appel concerne le numéro 4 prévue pour le printemps 2014 de la nouvelle version de la revue et porte sur le thème « Eau et vulnérabilités dans les Amériques ».

Coordination
Alexandra Angéliaume‐Descamps (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Anne Peltier (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Arturo Vallejos (Universidad de Los Lagos, Osorno, Chili)

Appel à proposition

Dans un contexte d’évolution des conditions climatiques, économiques et sociétales, la gestion de l’eau se trouve au cœur des questions de santé, de sécurité, de qualité de vie ou encore de développement. Face à une ressource en eau de plus en plus sollicitée et qui se dégrade qualitativement et quantitativement, face aussi à des interrogations sur l’évolution future des aléas en contexte de réchauffement climatique, se pose la question de la vulnérabilité et de la résilience des sociétés. La persistance voire l’augmentation des catastrophes liées à l’eau (pollutions, sécheresses, inondations) dans un monde de plus en plus apte techniquement à agir sur les aléas met en effet en lumière la forte vulnérabilité des sociétés face à ce type de risque. Si l’anthropisation des aléas (inondation par ruissellement urbain, contamination anthropique des eaux, assèchement de zones humides, etc.) est incontestable et constitue un facteur aggravant, la part de la vulnérabilité sociale dans l’occurrence des catastrophes est aujourd’hui reconnue comme un facteur déterminant.

Cette vulnérabilité peut être considérée comme une propriété intrinsèque d’un groupe social, indépendante des aléas. Elle apparaît alors comme touchant particulièrement les groupes sociaux socialement ou économiquement marginalisés. Dans cette perspective se pose la question de la façon dont ces sociétés « fondamentalement » vulnérables s’organisent face aux risques liés à l’eau. Dans quelle mesure les risques liés à l’eau constituent-ils un élément supplémentaire de vulnérabilisation de ces sociétés ? Inversement, ces sociétés ne mettent-elles pas également en œuvre, dans ou hors du cadre réglementaire, des stratégies d’adaptation originales ?

La vulnérabilité peut également, c’est le cas le plus fréquent, être analysée en référence à un type spécifique d’aléa. On peut alors identifier diverses vulnérabilités : matérielles, structurelles ou encore fonctionnelles, relatives au contexte et aux facteurs de mise en vulnérabilité. Les premières concernent l’endommagement matériel, portant atteinte à l’intégrité physique d’un enjeu donné. Les deuxièmes portent sur l’endommagement du fonctionnement, assimilable à une perturbation qui empêche l’enjeu d’assurer sa fonction (de production ou de service). Enfin, les troisièmes structurelles portent sur l’endommagement de la structure ou de l’organisation. Cette vulnérabilité tend à s’accroître du fait de l’évolution même des sociétés (dépendance à la ressource de confort, de production, valeur croissante des constructions dans les zones inondables, etc.). Il est vrai que les situations et les enjeux, et de fait les vulnérabilités, ont considérablement évolué au cours des dernières décennies. Les espaces ruraux sont soumis à des transformations socio-spatiales rapides et intenses avec par exemple le développement de systèmes agricoles intensifs irrigués sur les hautes terres tropicales. La croissance urbaine rapide, parfois difficilement contrôlée, et génératrice de fortes disparités sociospatiales, engendre une vulnérabilité urbaine d’autant plus grande qu’elle est souvent sous-estimée. Dans ce contexte, les marges ou espaces d’interface apparaissent comme des zones d’enjeux croisés et multiples dans lesquels se nouent les conflits et où se joue, autour de l’aménagement du territoire, la vulnérabilité de demain.

De cette diversité des contextes d’exposition, des capacités ou non de résilience locale ou institutionnelle, découlent une grande diversité de situations de vulnérabilité face aux risques liés à l’eau, dont l’Amérique se fait le reflet, par des contrastes ou des trajectoires communes entre nord et sud. Loin de prétendre dresser un tableau exhaustif, ce qui serait bien impossible, cet appel souhaite présenter un reflet de cette diversité des vulnérabilités, des dispositifs locaux ou institutionnels de résilience, etc. soit par des approches à dominante spatiale, sociale, hydrologique, économique ou physico-chimique, soit à la croisée de ces approches dans le cadre de démarches interdisciplinaires. Nous proposons ainsi quelques pistes de questionnement, entre autres thématiques, qui pourront guider nos réflexions afin d’alimenter les avancées sur les études des vulnérabilités aux risques liés à l’eau dans les Amériques (de fait, les contributions attendues devront impérativement reposer sur des exemples pris dans les Amériques et intégrer un des points suivants) :

  • Comprendre et évaluer la construction et les mutations des vulnérabilités sociales liées à l’eau, soit mesurer les évolutions et les mutations récentes de ces vulnérabilités
  • Evaluer les conditions de résilience et les outils de réduction mis en œuvre (gouvernance environnementale, adaptations locales, gestion participative)
  • L’urbain et le rural, les zones de contact urbain/rural : diversité des espaces, diversité des constructions et des stratégies d’adaptation/résilience en matière de vulnérabilités sociales
  • Amérique du nord/Amérique du sud : confronter les savoirs, les enseignements, les vulnérabilités sociales et les processus d’adaptation face aux risques liés à l’eau

Nous attendons donc vos propositions afin d’illustrer et/ou croiser ces divers questionnements autour des vulnérabilités sociales liées à l’eau dans les Amériques.

Délais et consignes
Les intentions de contributions (titre, mots clés, et résumé ne dépassant pas 3 000 signes, en français ou anglais ou espagnol) doivent être adressées à Alexandra Angéliaume‐Descamps GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM et Anne Peltier GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM  au plus tard le 30 avril 2013.

L’information concernant les résumés retenus sera donnée le 15 mai 2013 et les textes sélectionnés devront être remis le 30 juillet 2013 pour une parution en janvier 2014. Les articles seront soumis dans l’une des quatre langues de publication de la revue (anglais, espagnol, français, portugais). Les résumés et cinq mots‐clefs, dans au moins deux des quatre langues de la revue dont la langue d’origine et l’anglais (le Comité éditorial se charge de la traduction du résumé et des mots‐clefs dans les deux autres langues). Pour plus de détail, voir le site de la revue.

Télécharger l’appel à contribution (anglais)

Télécharger l’appel à contribution (espagnol)

La revue l’ORdinaire Latino-Américain (ORLA), portée par l’IPEAT (Institut pluridisciplinaire d’études sur les Amériques à Toulouse) prend un nouvel envol. Revue
pluridisciplinaire centrée sur les sciences humaines, et sur l’art et la littérature, s’intitulant désormais l’ORDinaire des Amériques (ORDA), la revue s’ouvre à
l’ensemble des Amériques, devient une revue en ligne, et renforce plus avant sa légitimité scientifique en associant de grandes personnalités du monde académique à son comité d’évaluation scientifique.

Revue ORDA ‐ UTM – 5 allées Antonio Machado 31 058 Toulouse cedex
http://ipeat.univ‐tlse2.fr/accueil/publications/l‐ordinaire‐des‐ameriques/

« The lifting of environment to expression » : american representations of place

PaysageJECASJournée d’études organisée par le GENA (Groupe d’Etudes Nord-Américaines), CAS (Cultures Anglo-Saxonnes) : vendredi 29 mars 2013, Le Château – Université de Toulouse II-Le Mirail.

Responsables scientifiques : Wendy Harding, Université de Toulouse et Gretchen Murphy, University of Texas.

Télécharger le programme

El agua en México: símbolos, conflictos y retos

Chaque année, l’Ipeat labellise 4 journées d’étude organisées par des membres de l’équipe pédagogique et des étudiants de Master. Chercheurs et étudiants travaillent ensemble lors de ces événements qui réunissent des spécialistes des Amériques issus de toutes les disciplines  autour d’un sujet précis.

Venez nombreux assister et participer à cette rencontre mexicaniste le 7 décembre 2012 (10h-17h), la Jornada México, rendez-vous désormais traditionnel de l’IPEAT aux côtés des collègues Professeurs invités de la Chaire Mexique. Programme

Lieu : Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la recherche, Salle D 31.

Contact : Modesta Suárez

L’Amérique du Nord au XXIe siècle

Nouvel ouvrage : L’Amérique du Nord au XXIe siècle. Enjeux, défis et perspectives. Coordination David GIBAND. 

À travers 17 chapitres, les auteurs abordent les défis d’un continent, entre intégration régionale et perspectives globales :

  • diversité(s) en Amérique, diversité de l’Amérique du Nord : migrations, latinisation du continent, modèles urbains nord-­‐américains…
  • les défis de l’environnement et du social : l’après Katrina, les risques environnementaux, villes et transition énergétique, sécurisation…
  • l’Amérique du Nord dans un monde globalisé : intégration régionale, tourisme, ALENA, capitalisme américain…

Peuples indigènes et environnement

L’ambition du colloque international « Peuples indigènes et environnement » est de construire une réflexion sur le rôle joué par les peuples indigènes dans la production de discours et pratiques liés à l’environnement.

Lieu : Université Bordeaux 3, Equipes d’accueil CLIMAS et AMERIBER (Matin : Salle des Actes, bâtiment administratif • Après-Midi : Maison des Suds)
Domaine universitaire 33607 Pessac • Tramway B, arrêt “Montaigne/Montesquieu” : 8 décembre
Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, Bordeaux • Tramway B, arrêt “Musée d’Aquitaine” : 9 et 10 décembre

TELECHARGER LE PROGRAMME (en PDF)

Contact : Lionel Larré

 

SCRIPT: Tierra bajo agua

L’association ATRIA vous invite à la seconde séance de SCRIPT (Sciences Recherche Image Pluridisciplinaire à Toulouse), De la recherche de l’image à l’image en Amérique latine. « Tierra bajo agua », un film de Julie Morales sur les suites de l’ouragan Stan au Mexique, en présence de la réalisatrice et de Grégory Mouret comme discutant.

Projection, débat et pot convivial, Mardi 29 mars, 19h30, à l’ESAV (56 rue du Taur, Toulouse). Entrée gratuite

Plus d’informations sur http://www.atria-amdoc.org/

Peuples indigènes et environnement

Du 8 décembre 2011 au 10 décembre 2011, Bordeaux

L’ ambition de ce colloque est de construire une réflexion sur le rôle joué par les peuples indigènes dans la production de discours et pratiques liés à l’environnement.

Lire le texte d’accompagnement

On prêtera particulièrement attention aux thématiques suivantes :

– La validité, la construction et l’influence de l’image de « l’indigène écologiste » dans les sociétés post-coloniales, ainsi que la remise en question de cette image par des intellectuels indigènes ou non ;

– L’utilisation des « savoirs indigènes » dans l’environnementalisme ;

– Le discours environnementaliste indigène aujourd’hui ;

– La place, plus ou moins grande, de l’écologie dans les sociétés indigènes aujourd’hui, lorsque celles-ci sont en proie à des difficultés socio-économiques dues à leurs situations (post-coloniales) ;

– L’ingérence écologique ;

– La question de la brevétisation par l’industrie multinationale de plantes et molécules situées en territoires indigènes.

Les approches interdisciplinaires sont encouragées. Une approche culturelle, littéraire, sociologique, historique, économique ou légale de ces thèmes peut être envisagée.

Le colloque aura lieu à Bordeaux les 8, 9 et 10 décembre 2011. Le temps imparti aux présentations est de 20 minutes. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’espagnol. Les versions écrites des présentations orales devront être envoyées avant le 31 janvier 2011. Une sélection d’articles sera publiée.

Les propositions doivent être envoyées avant le 31 janvier 2011 aux destinataires suivants (cliquez ici pour écrire à tous):

Lionel Larré ; Laurence Machet ; Antoine Ventura ;Vera Alvizuri

Responsables : Lionel Larré, Laurence Machet, Antoine Ventura, Verushka Alvizuri

Adresse :

Université Bordeaux 3
UFR Langues Domaine Universitaire
33607 Pessac Cedex

Source : Laurence Machet

Innovation, environnement et développement territorial au Québec

La MSH Aquitaine a développé un axe de recherche qui porte sur la question de l’innovation. La MSH Toulouse souhaite affirmer son implication autour des grands enjeux environnementaux et du développement durable. Ces deux MSH ont souhaité s’associer au Pôle Sud‐Ouest de l’Institut des Amériques pour proposer une allocation de recherche dont le thème portera l’analyse des processus d’innovation et de développement dans le domaine social et environnemental au Québec.

Admissibilité : 30 juin 2010. L’école doctorale TESC évaluera la recevabilité des dossiers qui comprendront :

  • Une lettre de motivation
  • Un CV détaillé
  • un projet de recherche
  • un état de la situation universitaire

Les candidats déposeront leur dossier de candidature à l’école doctorale TESC (à l’attention de K. Dago, Bureau D 150, Maison de la Recherche, Université de Toulouse-­‐Le Mirail, 31058 Toulouse Cédex9). Une version électronique sera également adressée au directeur de thèse (dirses@univ‐tlse2.fr).

Télécharger l’allocation de recherche

Projet équatorien Yasuni

France Amérique Latine – 75 vous invite à une soirée sur un projet équatorien innovant.

Un petit pays, l’Equateur, dont les ressources économiques dépendent du pétrole, est prêt à renoncer à l’exploitation de ses gisements les plus importants. Car ces gisements sont au milieu du Yasuni, un parc qui abrite une richesse et une biodiversité exceptionnelle, classé par l’UNESCO réserve mondiale de la biosphère. En contrepartie il demande une compensation financière internationale au titre de sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

Lundi 1er juin 2010 à partir de 19H

PARIS – Centre culturel La Clef*

Projection du film, suivie d’un débat :

65 minutes, lieu de tournage : Equateur, Etats-Unis, Europe

En présence de la réalisatrice, Laëtitia Moreau

« De la tribune de l’Onu, en passant par Quito, Berlin, Madrid, Oslo, Bruxelles, Paris, Washington, mais aussi Copenhague, le film retrace la folle course des émissaires du président équatorien, Rafael Correa, pour convaincre la planète mais aussi leur propre gouvernement que cette idée, simple et révolutionnaire, est viable.

Un film aux enjeux politiques et géopolitiques forts qui dessine le portrait d’un pays dont les utopies et des contradictions nous concernent aussi. »

Cocktail de 19h à 19h45 avant la projection.

Entrée : 4 € plein tarif – 3€ tarif réduit

* 21 rue de la Clef 75005 Paris
(angle rue Daubenton) M° Censier-Daubenton

Plus d’informations : fal75@lists.riseup.net, tél 06 83 90 08 56, http://www.franceameriquelatine.org/

Source : Laëtitia Moreau