Archives par étiquette : identités

Les Amériques Noires. Identités et représentations

ameriquesnoires2014Colloque international des laboratoires CAS et IRIEC, du 15 octobre 2014 au 17 octobre 2014

Aux Amériques, les puissances coloniales européennes, puis les premières républiques, ont fait de la traite et de l’esclavage des Noirs un des principaux moteurs de leur prospérité économique, qu’il s’agisse de l’exploitation minière ou des grandes plantations. Déportées par millions au cours des siècles, niées dans leur humanité et leurs cultures, les populations d’origine africaine ont dû survivre à la tragédie individuelle et collective de la traite et de la condition servile.
Survivre a imposé de se reconstruire : la tragédie de l’esclavage est aussi l’histoire des luttes pour l’émancipation et la dignité, depuis les palenques et les quilombos d’Amérique latine jusqu’aux combats pour l’égalité des droits aux Etats-Unis, dans les années 1960. Du nord au sud du continent, les « Amériques noires » – pour reprendre l’heureuse expression de Roger Bastide – sont à la fois cohérentes et diverses. L’un des objectifs de ce colloque sera d’étudier les façons multiples dont les peuples de la diaspora africaine ont façonné leur afro-américanité dans le cadre de mouvements géographiques et artistiques impliquant des échanges, des emprunts, et des transformations. Pétrie de syncrétismes religieux et culturels, souvent réévaluée à l’aune du métissage, l’africanité a fait germer des identités et des pensées nouvelles, dont la  négritude est désormais un des axes forts. En même temps, le contact avec les euro-américains a engendré une diversalité (Bernabé) qui fonde la richesse culturelle des Amériques.
Ce colloque transdisciplinaire se propose d’aborder, grâce à des études géographiquement et culturellement diverses (Amérique Latine, Caraïbe, États-Unis), la richesse identitaire née de l’esclavage, de l’africanité et du métissage, ainsi que les représentations qui en sont issues (histoire, fiction, récits, iconographie, etc.).

Les Presses Universitaires du Mirail seront présentes lors de cette manifestation.

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche (D28 + D29)

Responsables scientifiques :  Sylvie Mégevand, Cristina Duarte-Simoes, Wendy Harding, Nathalie Dessens.

Contact : Sylvie Mégevand

La circulation des personnes, des biens et des idées dans l’espace atlantique et caribéen

affiche_cuba_60_x_80

Jeudi 16 et vendredi 17 mai 2013 à Bordeaux,  Colloque international

« La circulation des personnes, des biens et des idées dans l’espace atlantique et caribéen (18e-19e siècles)« .

Télécharger le Programme

Une exposition se tient actuellement au Musée d’Aquitaine (Bordeaux) sur les artistes lithographes français qui ont travaillé à Cuba dans les années 1840. L’expo se termine le 9 juin.

 

 

 

Coordonné par Jacques de Cauna, CIRESC/CNRS et Eric Dubesset, CMRP Bordeaux IV

  1. Familles transatlantiques : parcours, mobilité
    Modérateur : Jacques de Cauna
  2. Identités métisses, doubles, multiples : dynamiques et enjeux
    Modérateur : Rafael Lucas
  3. Fronts caribéens sud : Guyanes, Brésil
    Modérateur : Katia Kukawka
  4. Fronts caribéens nord : Louisiane et Etats-Unis
    Modérateur : Christian Lerat
  5. Circulation des biens et des idées
    Modérateur : Eric Dubesset
  6. Mouvements abolitionnistes, révolutions et indépendances
    Modérateur : Nathalie Dessens

 

Inscriptions

Sophie Ollé, musée d’Aquitaine
Tél : 05 56 01 69 33 – s.olle@mairie-bordeaux.fr

 

Regards croisés par delà les frontières

Regards croisés par delà les frontières: échanges, migrations et perceptions identitaires (mondes ibériques XVIIIe-XIXe siècles).

Journée d’études IRIEC-EA 740, coordonnée par Cécile Mary Trojani et Marie-Louise Ollé (IRIEC) : vendredi 22 février 2013 (9h-17h30), Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, Salle D30.

Télécharger le programme

© Lourdes de la Villa

Traverser la ou les frontière(s), explorer, voyager, (é)migrer, partir à la recherche de territoires inconnus, qu’ils soient réels ou fictifs, proches ou lointains, aussi bien dans l’espace que dans le temps, afin de découvrir ou de parfaire sa connaissance de ce qui est autre et se transforme alors en objet de fascination ou au contraire en repoussoir…Telles furent, de tout temps et en tout lieu, les aspirations des hommes, car c’est bien dans cette quête et ce désir que se fondent et se construisent l’Histoire, les Arts et les sociétés humaines. La rencontre avec l’Autre et l’Autreté régit et norme la construction du Moi et la perception du monde qui y est associé, à travers l’image révélée par le miroir que constitue l’oeil de cet Autre. Du territoire géopolitique, ethnique, culturel, esthétique dont les limites se dressent telles des barrières infranchissables, à l’espace de transition qui devient passage et lieu d’échanges, la dialectique de la frontière modèle la construction identitaire, entre norme et
transgression, et toujours sous le poids du regard d’autrui. […]

Contacts : Cécile Mary Trojani et Marie-Louise Ollé

Les Amériques noires : identités et réprésentations

Copyright: Callejón del Chorro. La Havane. Richard CLAVAUD – Sud[s] Concepts.

Journée d’études organisée par l’IRIEC-Toulouse et l’IPEAT (Université Toulouse 2-Le Mirail), le vendredi 8  février 2013, 9h-17h.

Lieu : Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle OBM 4

Programme

Responsables et contacts: Cristina DUARTE SIMÕES et Sylvie MÉGEVAND

Aux Amériques, les puissances coloniales européennes, puis les premières républiques, ont fait de la traite et de l’esclavage des Noirs un des principaux moteurs de leur prospérité économique, qu’il s’agisse de l’exploitation minière ou des grandes plantations. Déportées par millions au cours des siècles, niées dans leur humanité et leurs cultures, les populations d’origine africaine ont dû survivre à la tragédie individuelle et collective de la traite et de la condition servile. Survivre a impliqué de se reconstruire : la tragédie de l’esclavage est aussi l’histoire des luttes pour l’émancipation et la dignité, depuis les palenques et les quilombos d’Amérique latine jusqu’aux combats pour l’égalité des droits aux États- Unis, dans les années 1960. Du nord au sud du continent, les « Amériques noires » – pour reprendre l’heureuse expression de Roger Bastide – sont à la fois cohérentes et diverses : pétrie de syncrétismes religieux et culturels, souvent réévaluée à l’aune du métissage, l’africanité a fait germer des identités et des pensées nouvelles, dont la négritude est désormais un des axes forts.

Cette journée d’étude se propose d’aborder, grâce à des études géographiquement et culturellement diverses (Amérique Latine, Caraïbe, États-Unis), la richesse identitaire née de l’esclavage, de l’africanité et du métissage, ainsi que les représentations qui en sont issues (histoire, fiction, récits, iconographie, etc.).

Staging american mobility

Le laboratoire CAS (Cultures Anglo-Saxonnes) organise un colloque international sur « Staging american mobility » les 24 et 25 mars 2011 prochains à l’Université de Toulouse 2- le Mirail , Maison de la Recherche. (salle D31)

Contact : emeline.jouve@gmail.com

PROGRAMME

AFFICHE

Culture Mochica

Pour des raisons indépendantes de notre volonté ce colloque est reporté à une date ultérieure.

Une table ronde  est organisée les 18 et 19 octobre 2010, à Bordeaux 3 (Maison de l’Archéologie) , autour de la soutenance de thèse de Mlle Agnès Rohfritsch.

Ethnicité, identités et territoires en Amérique Latine

Depuis 2001, l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT-CRP2A, Bordeaux 3 – CNRS) collabore étroitement avec des archéologues péruviens sur l’étude de diverses catégories de matériaux archéologiques (métal, céramique, peintures murales) issus de la culture Mochica, société pré-inca qui s’est développée sur la côte nord du Pérou entre 200 et 850 ap. J.-C. Les récentes avancées concernant cette culture ont montré qu’elle était constituée d’un ensemble de groupes ou d’entités politiques régionales ayant des modèles de développement politique, idéologique et économique différents. Nous nous trouvons donc aujourd’hui confrontés à l’étude d’institutions politiques multiples unies par de complexes relations de circonstances, d’échanges et de compétitions plus ou moins intenses. Face à cette complexité, les « vestiges matériels » des activités humaines constituent un élément fondamental pour l’analyse des identités régionales. Les travaux menés à ce jour par l’équipe bordelaise nous ont conduits à nous interroger sur cette notion d’identité et sur ses liens avec un espace géographique défini, autrement dit un territoire. La notion d’identité pose également la question de l’ethnicité. Dans de nombreux cas, l’ethnicité constitue un élément d’identité collective puisqu’elle définit l’appartenance d’un individu à un groupe partageant la même langue, la même culture et le même territoire. Néanmoins, ce lien entre appartenance ethnique et identité reste difficile à appréhender, une même ethnie pouvant se diviser en plusieurs groupes identitaires. De même, l’ethnicité peut être vue comme une ressource mobilisable dans la conquête du pouvoir politique et des biens économiques (ethnicité de « circonstances politiques »). Aujourd’hui, par exemple, on assiste, en Amérique Latine, au développement de nouvelles formes d’ethnicité, dans une logique de résistance à la fraction dominante de la société.

Cette rencontre scientifique et internationale vise à confronter ethnicité, identités et territoires, à travers l’approche pluridisciplinaire qu’offrent l’archéologie, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et la littérature. Elle vise également à aborder ces trois thèmes dans une perspective diachronique en permettant la rencontre de spécialistes des périodes précolombiennes et historiques. L’un des points phares pourra être l’étude des phénomènes de rupture ou de continuité liés à ces notions.

Programme Table ronde

Source : Rémy Chapoulie