Archives par étiquette : territoires

Marking the Land in North America

La journée d’études du CAS (Cultures  Anglo-Saxonnes) : « Marking the land in North America » aura lieu 13-14 Mai 2011, Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle D29.

Saisissant l’opportunité de la présence à Toulouse, comme professeur invité, de Scott Slovic, spécialiste d’éco-critique à l’Université du Nevada, le Groupe d’Etude Nord-Américaines, axe 5 du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, a décidé d’organiser un colloque de deux jours intitulé « Marking the Land » (Comité Scientifique: Nathalie Dessens, Wendy Harding, Scott Slovic). Ce colloque explorera les marques laissées par l’homme dans ses interactions avec l’environnement en Amérique du Nord. Notre vie quotidienne a un impact historique, social et écologique qui laisse des marques visibles ou invisibles, tandis que l’environnement impose sa marque sur les communautés qu’il accueille. La marque est donc double et interactive. Des catastrophes environnementales récentes ont montré à quel point ces marques peuvent devenir dévastatrices mais aussi comment elle peuvent altérer la conscience que le public a des crises écologiques. Que nous transformions l’environnement, que nous le dégradions ou que nous le protégions, notre existence le modifie et le marque. Ce colloque examine la façon dont le paysage nord-américain a été modelé et façonné, délibérément ou accidentellement, par les diverses populations qui l’habitent. En même temps, nous nous intéresserons à la manière dont l’art constitue une autre forme de marque laissée par l’activité humaine sur l’environnement. Les arts visuels, en particulier ce que l’on nomme le « land art, » participent des interactions permanentes que nous avons avec ce qui nous entoure. Dans des styles extrêmement variés (polémique, élégiaque, lyrique, humoristique), les écrivains ont réagi face à leur environnement et ont laissé sur lui des marques distinctives que nous examinerons au cours de ces deux jours de travaux scientifiques.

Organized by the North American Studies Group, University of Toulouse le Mirail, Toulouse, France. Scientific committee: Wendy Harding, Université de Toulouse, Scott Slovic, University of Nevada,

This conference will explore the various traces left by human beings in their interactions with the environment in North America. Our daily existence has a social, historical and ecological impact that leaves visible or invisible marks in space while the land imposes its mark on the communities that it welcomes. The mark is thus double-faced and interactive. Recent environmental disasters show how devastating these traces can become but also in what way they can alter the conscience that the general public has of eco-crises. Whether we transform, degrade or protect the land, our existence alters it and marks it. We welcome papers investigating how the American landscape has been shaped and fashioned, deliberately or accidentally, by the various populations inhabiting it. At the same time, we are interested in the ways in which art constitutes a different kind of trace of human activity on the land. The visual arts, especially all the “land arts” contribute to our ongoing interaction with our surroundings. In a variety of styles—polemical, lyrical, elegiac, humorous—writers have responded to their environment and left their own distinctive traces.

Télécharger le programme

Contact : Nathalie Dessens

Regards sur le Brésil

Séminaire animé par Angelina Peralva et Daniel Welzer Lang,

Dans le cadre d’un partenariat LISST / IPEALT –Université de Toulouse 2-Le Mirail et l’ICS – Université de Lisbonne, financé par le CNRS et la FCT.

Lundi 21 février 2011,  9h30-17h, Université Toulouse 2-Le Mirail,  Maison de la recherche, salle D 155
Télécharger le programme

Peuples indigènes et environnement

Du 8 décembre 2011 au 10 décembre 2011, Bordeaux

L’ ambition de ce colloque est de construire une réflexion sur le rôle joué par les peuples indigènes dans la production de discours et pratiques liés à l’environnement.

Lire le texte d’accompagnement

On prêtera particulièrement attention aux thématiques suivantes :

– La validité, la construction et l’influence de l’image de « l’indigène écologiste » dans les sociétés post-coloniales, ainsi que la remise en question de cette image par des intellectuels indigènes ou non ;

– L’utilisation des « savoirs indigènes » dans l’environnementalisme ;

– Le discours environnementaliste indigène aujourd’hui ;

– La place, plus ou moins grande, de l’écologie dans les sociétés indigènes aujourd’hui, lorsque celles-ci sont en proie à des difficultés socio-économiques dues à leurs situations (post-coloniales) ;

– L’ingérence écologique ;

– La question de la brevétisation par l’industrie multinationale de plantes et molécules situées en territoires indigènes.

Les approches interdisciplinaires sont encouragées. Une approche culturelle, littéraire, sociologique, historique, économique ou légale de ces thèmes peut être envisagée.

Le colloque aura lieu à Bordeaux les 8, 9 et 10 décembre 2011. Le temps imparti aux présentations est de 20 minutes. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’espagnol. Les versions écrites des présentations orales devront être envoyées avant le 31 janvier 2011. Une sélection d’articles sera publiée.

Les propositions doivent être envoyées avant le 31 janvier 2011 aux destinataires suivants (cliquez ici pour écrire à tous):

Lionel Larré ; Laurence Machet ; Antoine Ventura ;Vera Alvizuri

Responsables : Lionel Larré, Laurence Machet, Antoine Ventura, Verushka Alvizuri

Adresse :

Université Bordeaux 3
UFR Langues Domaine Universitaire
33607 Pessac Cedex

Source : Laurence Machet

Mobilités, imaginaires et territoires en Amérique (Pau, TEMA 2)

Mobilités, imaginaires et territoires en Amérique : des indépendances aux années 1930.

Organisation : Université de Pau et des Pays de l’Adour

Contacts : michele.tollis@univ-pau.frjean-yves.puyo@univ-pau.fr

Programme complet du colloque à Pau qui aura lieu les jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 janvier prochains, organisé dans le cadre de l’Institut des Amériques pôle Sud-Ouest par le groupe TEMA.

Caraïbe plurielle : dynamiques régionalistes

Le groupe de recherche « Caraïbe Plurielle » organise un colloque les 25 et 26 novembre 2010 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine,10, Esplanade des Antilles 33607 PESSAC. Cette année, il portera sur le thème des enjeux et des limites des dynamiques régionalistes caribéennes.

« Caraïbe plurielle : entre métissages culturels et incertitudes de l’intégration régionale » est un Programme pluri-formations (PPF) du Département sciences humaines et humanités de l’Université de Bordeaux  III. Responsable : Christian Lerat

Contacts: Christian Lerat , Eric Dubesset

Programme

Affiche  Enjeux et limites

Colloque « mobilités, imaginaires et territoires en Amérique »

Le groupe TEMA 2 met en ligne le site web du colloque international « Mobilités, imaginaires et territoires en Amérique, des indépendances aux années 1930 » qui aura lieu à l’ Université de Pau et des pays de l’Adour du 20 au 22 janvier  2011.

Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le prolongement et la continuité du projet pluriannuel TEMA (Transports, Échanges et Mobilités en Amérique) engagé par l’Université de Bordeaux 3 (responsable : Prof. Isabelle Tauzin), dont le premier colloque sur les Transports, facteur de modernité en Amérique ? (1810-1914) s’est tenu dans cette même Université, du 14 au 16 janvier 2010.

Quelques axes de réflexion :

– Représentations mythiques de la terre d’accueil ;
– Imaginer l’Autre ;
– Modalités d’insertion et d’intégration des migrants ;
– Expériences migratoires avortées ;
– Les transferts culturels et les reconstructions identitaires ;
– Les résistances à l’intégration de l’altérité et la permanence de traits culturels
originaux (modes de vie, traditions, religions, langues, associations, etc.) ;
– Le vécu et l’expérience du migrant dans le pays d’accueil (récits de vie,
autobiographie, lettres, etc.) ;
– Fronts agraires, fronts pionniers et nouvelles perceptions de l’espace ;
– Apports des élites : transferts de connaissances, de théories et de savoirfaire
(scientifiques, techniques, politiques, culturels, etc.) ;
– Circulation des idées et des techniques nouvelles (via les livres ou les voyages).

Culture Mochica

Pour des raisons indépendantes de notre volonté ce colloque est reporté à une date ultérieure.

Une table ronde  est organisée les 18 et 19 octobre 2010, à Bordeaux 3 (Maison de l’Archéologie) , autour de la soutenance de thèse de Mlle Agnès Rohfritsch.

Ethnicité, identités et territoires en Amérique Latine

Depuis 2001, l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT-CRP2A, Bordeaux 3 – CNRS) collabore étroitement avec des archéologues péruviens sur l’étude de diverses catégories de matériaux archéologiques (métal, céramique, peintures murales) issus de la culture Mochica, société pré-inca qui s’est développée sur la côte nord du Pérou entre 200 et 850 ap. J.-C. Les récentes avancées concernant cette culture ont montré qu’elle était constituée d’un ensemble de groupes ou d’entités politiques régionales ayant des modèles de développement politique, idéologique et économique différents. Nous nous trouvons donc aujourd’hui confrontés à l’étude d’institutions politiques multiples unies par de complexes relations de circonstances, d’échanges et de compétitions plus ou moins intenses. Face à cette complexité, les « vestiges matériels » des activités humaines constituent un élément fondamental pour l’analyse des identités régionales. Les travaux menés à ce jour par l’équipe bordelaise nous ont conduits à nous interroger sur cette notion d’identité et sur ses liens avec un espace géographique défini, autrement dit un territoire. La notion d’identité pose également la question de l’ethnicité. Dans de nombreux cas, l’ethnicité constitue un élément d’identité collective puisqu’elle définit l’appartenance d’un individu à un groupe partageant la même langue, la même culture et le même territoire. Néanmoins, ce lien entre appartenance ethnique et identité reste difficile à appréhender, une même ethnie pouvant se diviser en plusieurs groupes identitaires. De même, l’ethnicité peut être vue comme une ressource mobilisable dans la conquête du pouvoir politique et des biens économiques (ethnicité de « circonstances politiques »). Aujourd’hui, par exemple, on assiste, en Amérique Latine, au développement de nouvelles formes d’ethnicité, dans une logique de résistance à la fraction dominante de la société.

Cette rencontre scientifique et internationale vise à confronter ethnicité, identités et territoires, à travers l’approche pluridisciplinaire qu’offrent l’archéologie, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et la littérature. Elle vise également à aborder ces trois thèmes dans une perspective diachronique en permettant la rencontre de spécialistes des périodes précolombiennes et historiques. L’un des points phares pourra être l’étude des phénomènes de rupture ou de continuité liés à ces notions.

Programme Table ronde

Source : Rémy Chapoulie