Archives par étiquette : ville

Jornada México 2011

La Jornada México 2011 de l’IPEAT (Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques) aura lieu le jeudi 8 décembre, 10h à 18h (salle D29) de la Maison de la Recherche, Université de Toulouse 2-Le Mirail.

Cette journée intitulée « Materiales para un nuevo siglo : Homenaje a Tomás Segovia » s’achèvera par une série de communications en visio-conférence et donc en dialogue avec trois universités mexicaines. Télécharger le programme et l’affiche de la journée d’étude.

Avant-première mondiale du documentaire « Palabra de fotógrafo. Testimonios sobre el movimiento estudiantil del 68 » 52 min., réalisé par Carlos Hernández, Juncia Avilés et Felipe Morales. Instituto Mora / CONACYT – Centro Cultural Universitario Tlatelolco, 2011.

 

Intervenants :

Juan Antonio AGUILAR GARIB (Universidad Autónoma de Nuevo León)
Valentina CAMPOS CABRAL (Universidad Nacional Autónoma de México)
Germán DE LA REZA (Universidad Autónoma Metropolitana, Unidad Azcapotzalco)
Alberto DEL CASTILLO TRONCOSO (Instituto Mora)
Javier RAMÍREZ JUÁREZ (Colegio de Postgraduados, Puebla)
Pedro VALDEZ RAMÍREZ (Universidad Autónoma de Nuevo León)
Jerónimo DÍAZ, Caroline DUBOIS, Marion GAUTREAU, Gaëlle HOURDIN, Álvaro RUIZ, Modesta SUÁREZ (Université de Toulouse II-Le Mirail)

Violence « latente » versus violence « explosive » dans les villes des Amériques

Journée d’étude : vendredi 25 février 2011

LISST-Cieu / Université Toulouse le Mirail (UTM)

Sous le patronage de Martín Almada, Prix Nobel alternatif de la Paix 2002

Organisation : Frédéric Leriche (LISST-Cieu, UTM), Eve Bantman (LISST-Cieu, UTM)

Comité scientifique : Eve Bantman (UTM), Sophie Body-Gendrot (Université Paris IV), Françoise Coste (UTM), Frédéric Leriche (UTM), Richard Marin (UTM), Alain Musset (EHESS), Beatriz Nates Cruz (Université de Caldas, Manizales), Angelina Péralva (UTM), Nubis Pulido (Université des Andes, Merida)

Les médias projettent volontiers au sujet des villes des Amériques des images teintées de violence. Dans le cadre de cette journée d’étude, nous envisageons la violence qui trouve à s’exprimer dans l’espace des villes des Amériques à travers deux catégories ; une violence qualifiée de « latente » ou « sédimentaire » (c’est-à-dire omniprésente, quotidienne, mais sourde) et une violence qualifiée d’« explosive » ou d’« éruptive » (c’est-à-dire rare, ponctuelle, mais spectaculaire). Partant du postulat – qui peut être discuté à l’occasion de cette journée – que la violence latente est consubstantielle à la vie sociale, qu’elle est donc finalement inévitable, l’objet de cette rencontre est de réfléchir aux facteurs déclenchant la violence explosive ; en d’autres termes, l’ambition de cette journée d’étude est d’éclairer les facteurs provoquant le « basculement » – si basculement il y a – d’une forme de violence à une autre.

Nous nous attacherons à penser l’émergence de cette violence explosive dans le cadre de relations de pouvoir qui s’expriment dans l’espace et l’organisation des villes américaines. En effet, si les médias représentent la violence urbaine comme la manifestation d’une culture propre à certaines catégories de la population – représentation des conflits qui « naturalise » la lutte sociale – la violence urbaine répond aussi à une organisation de l’espace qui reflète et entérine les formes d’inégalité qui tendent à séparer les classes privilégiées des moins favorisées.

En termes plus prosaïques, la journée d’études visera à amorcer des réponses à des questions concrètes sur les conditions et les modalités du basculement de la violence latente vers la violence explosive. À partir de l’analyse de différentes études de cas, de plusieurs situations concrètes, est-il possible de dégager des constantes, des facteurs génériques permettant de comprendre pourquoi des situations de tension sociale dégénèrent soudainement, de manière explosive, en conflit ? /A contrario/, quelles leçons pouvons-nous tirer des facteurs spécifiques à chaque situation ? Mais aussi, est-il possible d’identifier des situations de violence latente qui se maintiennent en l’état, sans basculement dans l’univers de la violence explosive ? Existe-t-il des conditions politiques spécifiques propres à favoriser ou au contraire à freiner la montée de la violence ? Les médias jouent-ils un rôle dans ce basculement ?

La journée d’étude, organisée dans le cadre des séminaires du LISST-Cieu, se déroulera le vendredi 25 février 2011, en deux demi-journées.

Les propositions de communication sont à envoyer à Frédéric Leriche (lerich@univ-tlse2.fr) et à Eve Bantman (bantman@univ-tlse2.fr), avant le 5 décembre 2010. La réponse du comité d’organisation, après avis du comité scientifique, sera communiquée au 12 janvier 2011.

Séisme en Haïti : l’UTM solidaire

L’Université de Toulouse II-Le Mirail, en partenariat avec le PRES Université de Toulouse, se mobilise suite au violent séisme qui s’est abattu sur l’île le 12 janvier dernier.

« Haïti après le séisme, quelles solidarités ? » Conférence-débat à la Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat, le vendredi 29 janvier 2010 de 17h30 à 19h30. Ouverte à tous.

  • Les enjeux de la reconstruction en Haïti par Jean-Marie Théodat
  • Les universités toulousaines et l’université haïtienne : quelles stratégies d’aide et de coopération ? par Daniel Weissberg
  • Témoignage des étudiants haïtiens de Toulouse

Débat animé par Stéphanie Mulot et Denis Eckert et en présence de Marie-France Barthet, directrice du PRES Université de Toulouse.

source : Présidence UTM