Visibilité des revues latinoamericanistes avec Latindex

Une première synthèse de l’analyse des revues européennes latino américanistes en sciences humaines et sociales avec le système Latindex (développé par l’UNAM) a été présentée dans le cadre du 54e congrès de l’ICA à Vienne (Autriche, juillet 2012) – Symposium :  » Conservation et diffusion de la documentation pour les études sur l’Amérique latine ». Le projecteur a été placé sur 70 revues sur l’Amérique latine publiées en Europe (à l’exception de l’Espagne et du Portugal). L’objectif de la présentation était d’identifier les critères éditoriaux les plus problématiques à travers une première évaluation réalisée sur plus de 30 revues scientifiques – secteur universitaire – (avec les critères Latindex), dans le but d’aider les éditeurs à améliorer la qualité éditoriale de celles-ci.

La répartition de ces revues par pays européen s’effectue de la manière suivante : la France occupe la part la plus importante pour des raisons historiques avec 44% du total des revues latinoamericanistes du Répertoire (c’est le premier niveau d’analyse des revues dans Latindex – appelé « Directorio » – le second niveau -« Catalogo » – correspond à la liste des revues qui répondent positivement aux critères Latindex). Les revues publiées en Allemagne représentent 13% et celles du Royaume-Uni, 9%. La répartition des revues européennes dans le « Catalogo » est presque proportionnellement identique à celle du « Directorio ».

Vous pouvez consulter la liste des critères Latindex pour les revues imprimées et celle pour les revues électroniques (ces guides ont été réalisés par le CCHS, Centro de Ciencias Humanas y Sociales, CSIC, Madrid – Espagne).

   

Quelle méthode pour identifier les critères problématiques ?

Sur 11 revues imprimées du panel d’analyse, nous avons classé les critères correspondants  en OUI/NON, de même avec les 18 revues électroniques. Par paquet de revues, nous avons fait le total des critères, et avons exclu l’idée de classer les revues par  « rang » (c’est-à-dire le total des critères par revue), considérant en effet notre démarche comme différente de celle du ranking. Au contraire, il s’agit d’identifier les critères discriminants. Nous avons donc fait une proposition de convention : un critère est considéré comme « discriminant » si au moins 10% des revues ne le remplissent pas.

Résultats

Pour les revues imprimées, il y a 30% de critères problématiques, dans le cas des revues électroniques 44% des critères sont problématiques. Les critères problématiques communs classés par ordre d’importance sont :

  • Caractéristiques de « politique et éthique éditoriale » (critères n° 15, 20, 21, 23, 29). Ce sont des éléments très importants qui impliquent une garantie concernant les procédés de sélection et fonctionnement du Comité de rédaction. D’après l’analyse, ce sont les principaux critères pour lesquels des efforts devraient être faits par les éditeurs.
  • Caractéristiques d’accès au contenu sur Internet (critères n° 32 , 33) : mots clefs dans la langue originale de publication et mots clefs dans une 2e langue. Si les articles ne sont pas indexés, on les retrouve plus difficilement sur Internet.
  • Critère n°17 « Réception et acceptation des originaux » : ce critère n’est presque jamais rempli dans les 2 cas (revues imprimées et électroniques). Parmi les revues en sciences sociales sur l’Amérique latine (notre objet d’étude), ce n’est pas un critère garantissant le sérieux d’une revue, en effet les délais de publication (délai entre 2 numéros) ne sont pas aussi stricts que pour les autres revues en sciences humaines et sociales et les revues dans le domaine des sciences dures. Cependant, ce critère étant une norme éditoriale  internationale, les éditeurs devraient  le prendre en compte.

 

Les critères problématiques plus spécifiques aux revues imprimés sont les suivants : critère 12 « Pavé bibliographique au début de l’article » et critère 19 « Définition de la revue (objectifs, thématique et public). Quant aux revues électroniques, il s’agit des critères 10 « mention de périodicité »,  27 « Instructions aux auteurs » et 34 « métadonnées ».

Objectivement et après analyse de ces résultats, il paraît clair que le système Latindex améliore la qualité éditoriale des revues universitaires, encore faut-il que les éditeurs précisent mieux les procédés de sélection des articles scientifiques mais également les éléments de description des contenus.

Nous espérons que ces grilles de critères, utilisées par 21 pays d’Amérique latine et centrale et par 2 pays européens (Espagne et Portugal) comme système de visibilité de leurs revues académiques (toutes sciences confondues)  en accord avec les systèmes d’enseignement supérieur et recherche locaux (exemple CONYCYT en Argentine, CCHS en Espagne…etc), servent de modèle pour d’autres systèmes nationaux de classification des revues notamment en France, voire d’aide à la décision, au travers éventuellement de collaboration institutionnelle avec Latindex.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.