Interprètes en Amérique coloniale hispanique

Journée d’études IRIEC-Toulouse, coordonnée par Patrick Lesbre, vendredi 1er février 2013, Université de Toulouse-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle D30. Télécharger le programme

L’étude des interprètes en Amérique coloniale hispanique pourra sembler un champ particulièrement restreint des études coloniales. Il n’en est rien. A l’interface entre deux cultures, l’espagnole et l’indienne, ces rouages essentiels de la conquête puis du système colonial participent à l’implantation de nouvelles normes occidentales et à la déconstruction d’une partie des traditions préhispaniques. Dans le cadre des thématiques actuelles de l’IRIEC sur Normes, canons, traditions, cette journée souhaite aborder ce thème dans sa variété et dans sa diversité. Les interprètes jouent un rôle clé dans la conquête espagnole, comme le montrent la figure controversée de Felipillo ou l’ascension fulgurante d’interprètes indiens moins connus dans les premières années de la colonisation.

L’interprète indien est peu à peu remplacé par l’interprète espagnol ou métis, parfois marié à une indienne, ou par les interprètes religieux. Figure sociale honorée ou honnie selon la façon dont il remplit ses tâches, l’interprète donne à entendre les normes espagnoles et les traditions indiennes, quitte parfois à les déformer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.