L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs

espaceAtlantL’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs. Les réseaux familiaux atlantiques de couleur

Journée d’études organisée par le CAS (Cultures Anglo-Saxonnes), Framespa et Suds d’Amériques-Espaces atlantiques. Coordination : Nathalie Dessens et Zélie Navarro-Andraud. Elle aura lieu le 29 mars 2013, 9h-17h30 à l’Institut des Amériques, 175 rue du Chevaleret, Paris XIII, 8e étage, bureau 8A35. Télécharger le  programme

Cette journée s’inscrit dans une réflexion sur l’espace atlantique entamée il y a deux ans et menée lors de deux journées d’étude intitulées « Le lien familial à l’épreuve de l’Atlantique » et « Les réseaux familiaux atlantiques », qui se sont tenues à l’Université de Toulouse II-Le Mirail en 2010 et 2011 ; ayant donné lieu à la publication, en février 2012, d’un numéro spécial de la revue en ligne Les Cahiers de FRAMESPA (Nathalie DESSENS et Zélie NAVARRO-ANDRAUD dirs., Cahiers de FRAMESPA « L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs », n°9, URL: http://framespa.revues.org/978).

Dans le prolongement de l’interrogation et des débats initiés nous souhaitons, aujourd’hui, poursuivre la réflexion en l’orientant vers la question des réseaux familiaux atlantiques de couleur. Cette nouvelle précision dans l’angle d’approche résulte d’une constatation établie lors de la dernière journée d’étude. Alors que les exemples de tels réseaux se sont avérés multiples, l’une des constantes soulignée fut que les familles examinées étaient toutes blanches, ou presque. Cet élément imprévu nous a alors fortement interpellés. L’histoire atlantique serait-elle encore perçue et traduite comme celle du White Atlantic, développée dans les années 1950-1960, malgré l’émergence dès les années 1970 de l’histoire du Black Atlantic ? Ou bien, de façon plus factuelle, les difficultés de recomposition des réseaux familiaux de couleur pour les périodes les plus anciennes additionnées à la rupture brutale des liens par la traite sontelles, tout simplement, à l’origine d’une carence des études de ce champ d’investigation ?

Au regard de l’historiographie internationale et des travaux menés par certains laboratoires nous savons que l’état de la question est loin d’être aussi manichéen, comme le démontre, par exemple, la sortie de l’ouvrage récent de Rebecca Scott et Jean Hébrard Freedom Papers : An Atlantic Odyssey in the Age of Emancipation (Cambridge, Mass. et Londres : Havard Université Press, 2012). Cette journée a donc pour ambition d’établir la dynamique de la réflexion atlantique en matière d’histoire familiale et raciale. A la lumière des deux journées précédentes, il s’agira d’aborder l’Atlantique à la fois comme une interface familiale et comme un outil de mobilité sociale. Dans cette perspective, une attention toute particulière sera portée à la constitution de réseaux familiaux de couleur entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, à la dynamique interne impulsée par leur rapport à l’Atlantique et à la façon dont ces réseaux réifient ou non cet espace.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.