Bolivie, la voix de Flora résonne encore…

livreBolivieBOLIVIE, LA VOIX DE FLORA RÉSONNE ENCORE… DES FEMMES ET DU DÉVELOPPEMENT PARTICIPATIF (1971-1985)

Marie DURAND, préface de Gilles Rivière, Ed. L’Harmattan, Horizons Amérique Latine, 314 pages, Prix éditeur : 32 €
Voir la fiche de ce livre

En 1971, Marie Durand quitte sa région de Midi-Pyrénées pour la Bolivie. Son objectif : coopérer au développement. Elle y vivra intensément jusqu’en 1985. Son cheminement nous fait comprendre l’origine de son projet, son travail avec les communautés paysannes de l’Altiplano, puis avec les associations des mères de famille qui luttent pour l’avenir de leurs enfants comme pour leurs droits citoyens. Elle traverse ce fragment d’Histoire qui verra renaître le souffle de l’espoir démocratique malgré les implacables dictatures, et côtoie des acteurs engagés auprès des secteurs populaires, au prix de leur vie parfois. Elle nous fait partager, avec empathie, leurs démarches individuelles et collectives, entremêlées, notamment celles de milliers de femmes en quête de nourriture et de services. La dynamique du mouvement participatif est aussi intense qu’empirique et le magnifique décor andin n’est pas ici un objet touristique mais la scène de vies profondément humaines et réalistes. Sur les chemins boliviens, forte de son enracinement originel et de sa rencontre avec celui qui deviendra son mari, Marie Durand s’engage, agit, s’adapte, va de l’avant, encouragée par « la voix de Flora » et de tous les siens qu’elle fait entendre au lecteur.

« J’ai lu le livre avec beaucoup d’émotion. J’y ai retrouvé des expériences partagées, bien que dans des régions différentes, et des visages familiers dont certains sont devenus des figures tutélaires de l’histoire sociale et politique du pays. Et parce qu’y affleure le pouvoir de l’utopie sans laquelle on ne peut rien imaginer ni rien changer. » Gilles Rivière, anthropologue, EHESS (extrait de la préface)

Marie Durand est née en 1945 près d’Albi (Tarn). Elle exerce comme professeur d’économie sociale et familiale rurale avant de résider en Bolivie. À son retour, elle s’installe à Toulouse, y élève ses filles et devient responsable de formation professionnelle et de prévision sociale pour les collectivités territoriales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.