Ars poetica. Formes et traditions du poème long dans les Amériques

Ars poetica. Formes et traditions du poème long dans les Amériques

arspoetica_visuelTroisième édition d’une série de rencontres scientifiques sur le poème long dans les Amériques (colloques internationaux Le souffle long…en 2013; Mémoire de la mémoire… en 2014).
Colloque international du 4 juin 2015 au 6 juin 2015 organisé par  le laboratoire FRAMESPA (France Méridionale et Espagne), l’équipe CAS (Cultures Anglo-Saxonnes), l’équipe LLA-Créatis (Lettres, Langages et Arts-Créatis), l’équipe VALE (Voix Anglophones : Littérature et Esthétique, Université Paris-Sorbonne) et le séminaire POP (Poésie Ou… Poésie / Poesía O… Poesía / Poetry Or… Poetry).

Une tradition critique importante s’est constituée sur le « poème long » (« long poem », « poema extenso », « poema largo ») aux Amériques, forme à la vitalité étonnante sur le continent. Il nous semble indispensable de creuser une approche comparatiste et généalogique au terme des deux colloques précédents, qui ont permis de tisser de multiples liens, de dessiner une carte qui demande à présent relief et profondeur, autrement dit recherche généalogique et intertextuelle. Des noms sont revenus de manière récurrente (Walt Whitman, Ruben Darío, T.S. Eliot, Pablo Neruda, parmi d’autres), soit comme fondateurs de telle ou telle tradition du poème long, soit comme des passeurs, qui ont œuvré aux échanges entre langues et à la constitution de lignes américaines, au sens continental du terme. Nous voudrions examiner de manière approfondie ces points de convergence et ces filiations qui sont apparues.

Nos questions prennent plusieurs directions : comment les traditions et les canons du poème long se constituent-ils ? S’agit-il de traditions nationales, continentales ? Y-a-t-il des spécificités dans les formes du poème long propres aux aires linguistiques ou aux traditions nationales ? Pourquoi le « très long poème » semble un défi dans la poésie de tradition objectiviste aux États-Unis (Ezra Pound, William Carlos Williams, Louis Zukofsky, Charles Olson) alors que le poème archéologique a connu une fortune particulière dans l’Amérique hispanophone (Ernesto Cardenal, Martín Adán…) Les poésies caribéennes ne fonctionnent-elles pas comme de véritables points de relais entre Nord et Sud ?

Comité d’organisation : Nathalie Galland, Gaëlle Hourdin, Clément Oudart, Delphine Rumeau, Modesta Suárez

Lieu : Bibliothèque d’Études Méridionales, 56 rue du Taur Toulouse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.