Colloque international Mexique

Colloque international : Mexique 1810-1910 : d’une rupture à l’autre ? ETOILL (Etudes occitanes, ibériques, latino-américaines et lusophones) Université Montpellier III. 1 – 12 mars 2010 à Montpellier.

Comité scientifique : Laurent Aubague, Karim Benmiloud, Paola Domingo, Jean Franco, Alba Lara-Alengrin, Hélène Vignaux. Contacts : Alba Lara-Alengrin et   Karim BENMILOUD

Le 16 septembre 1810 Miguel Hidalgo appelle la population à se soulever contre le joug espagnol et ouvre ainsi le processus d’Indépendance du Mexique. Le 5 octobre 1910, alors que la nation célèbre le Premier Centenaire de son Indépendance, Francisco I. Madero appelle ses concitoyens à prendre les armes contre la dictature de Porfirio Díaz et marque ainsi le début de la Révolution Mexicaine.

A tout juste un siècle d’intervalle, Indépendance et Révolution signifient toutes deux une volonté de rompre avec l’ordre établi (système colonial en 1810, « caudillisme » et autoritarisme en 1910), faisant naître ainsi de nouvelles espérances, de nouvelles utopies, de nouvelles visions du monde, exprimées à travers l’engagement des populations, l’effervescence politique, les manifestations artistiques ou bien encore la production littéraire… On peut cependant s’interroger sur l’ampleur des transformations que ces deux bouleversements majeurs étaient censés apporter.

Le recul historique nous permet de constater que les pères fondateurs ont essayé de mettre en place des gouvernements et des institutions qui ont mis plusieurs décennies à constituer des nouveaux systèmes politiques et économiques et à former des citoyens ad hoc. De même, la Révolution a introduit un état laïc dans une société croyante, une législation du travail avancée dans un pays quasi rural et une réforme agraire dans un système oligarchique. En fait, dans les deux siècles qui se sont écoulés depuis le Grito de Dolores, le Mexique n’a connu de stabilité politique que lorsqu’il a trouvé des simulacres démocratiques comme pendant les trente-quatre ans de Porfiriato et les quatre-vingts ans de gouvernements « révolutionnaires ».

Ces multiples contradictions et les débats qui en découlent abondent également dans le domaine de la culture et des arts : le Roman de la Révolution est-il révolutionnaire ? Les muralistes sont-ils des avant-gardistes ou des propagandistes ?…

L’objectif de ce colloque consiste à analyser dans quelle mesure Indépendance et Révolution ont constitué une rupture dans l’Histoire du Mexique, non seulement d’un point de vue politique, économique ou social, mais également à travers les prismes artistique et littéraire.

Source Françoise Roujean, IHEAL, Gazette du 28.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.