Archives par étiquette : Amérique latine

Des Pyrénées à la Pampa. Une histoire de l’émigration d’élites XIX-XXe siècles

Pyrenees_PampaDes Pyrénées à la Pampa. Une histoire de l’émigration d’élites XIX-XXe siècles, sous la direction de Laurent DORNEL, Ed. Presses Universitaires de Pau (PUPPA), 2013, ISBN: 2-35311-029-0.

Ce travail est le fruit d’un colloque qui a eu lieu à Pau en octobre 2011 et qui avait reçu l’appui financier de l’Institut des Amériques. Laurent Dornel est Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

 

 

Télécharger:

Fiche présentation

Résumés

Sommaire

 

 

Arbre frontière/Forêt frontière dans le monde hispanique et hispano-américain…

Photo : P Traisnel

Photo : P Traisnel

Journée d’études Framespa : « Arbre-frontière/Forêt-frontière dans le monde hispanique et hispano-américain du Moyen Age à l’époque contemporaine ».

Vendredi 19 avril 2013, Université Toulouse 26 Le Mirail, Maison de la Recherche, Salle A 306 (10h15-16h30).

Responsables : Luis Gonzalez et Catherine Heymann . Télécharger le programme

 Qu’elle marque la limite entre monde « civilisé » et monde « sauvage », entre société agricole et société nomade, qu’elle soit zone-tampon séparant des groupes humains, confins militaires ou espace de guerre dont les enjeux territoriaux sont souvent liés à la présence de ressources naturelles, la forêt a accompagné l’histoire des collectivités humaines.

Après deux journées consacrées respectivement aux imaginaires et aux représentations de l’Arbre (en 2011 et en 2012), cette journée portera plus spécifiquement sur les réalités géographiques et historiques de « l’arbre-frontière » / de « la forêt-frontière », que cette frontière soit politique ou espace en voie d’organisation, dans le monde hispanique et hispano-américain.

Sébastien Poublanc (FRAMESPA) : « Louis de Froidour, forestier de Louis XIV, sur la frontière méridionale ».

Au XVIIe siècle, une réforme forestière d’envergure eut lieu à l’échelle du royaume. Connue sous le nom de Grande Réformation, elle vit l’envoi de commissaires réformateurs dans tous les départements forestiers – ou grandes maîtrises des Eaux et Forêts.

Leur tâche consistait à réformer ces départements et à augmenter les revenus procurés par les forêts. Dans le cadre de la grande maîtrise de Toulouse, cette opération s’apparenta à la recherche du patrimoine forestier de la couronne et à l’établissement d’une administration à même de le gérer.

Louis de Froidour, qui en fut le principal réformateur, arpenta l’intégralité du ressort de la grande maîtrise, des Pyrénées au Rhône et nous a légué des témoignages fameux sur l’utilisation de l’arbre et de la forêt. De ces archives, il apparaît que loin de former un territoire connu et familier, les sylves méridionales étaient largement méconnues de la monarchie. En ce sens, elles formaient une véritable frontière culturelle sur laquelle allait veiller la nouvelle administration forestière.

Catherine Heymann (FRAMESPA) : « Quelques arpents d’Amazonie au cœur d’un des plus vieux conflits frontaliers : Pérou-Equateur ».

En 1995, le Pérou et l’Equateur s’affrontent lors de la « guerre du Cenepa » (département de Amazonas ; entre la Cordillère du Condor et le Haut Cenepa, un affluent du Marañon). C’est le dernier épisode belliqueux d’une longue série de conflits dont l’origine remonte à la période de l’Indépendance.

Au cœur du problème : un morceau de forêt amazonienne (moins de 400 km2), mal connu et mal intégré au territoire que se disputent les deux belligérants, qui lui prêtent cependant des richesses supposées. Plus qu’un conflit économique, il s’agit avant tout d’un problème territorial qui a cristallisé le nationalisme des deux États tandis que les populations autochtones, vivant à cheval sur la frontière, pâtissaient de la situation.

Jean-Paul Métailié (GEODE): « ‘La dernière forêt’. La réserve de biosphère Maya (Guatemala), entre  frontière agraire, gestion communautaire et conservation patrimoniale.

La réserve de Biosphère Maya a été créée en 1990 sur 21 000 km2 dans le nord du Guatemala, dans le département du Petén dont elle couvre près de 60% de la superficie. L’objectif était de protéger une des dernières grandes zones de forêt tropicale en Amérique centrale, adossée aux réserves de Montes Azules et Calakmul au Mexique. A cette époque, la guerre civile était en train de s’achever et la forêt, encore ample et dense, avait été une zone de guerrillas et de terribles combats. Depuis sa création, la réserve a été soumise à des évolutions contradictoires : colonisation agro-pastorale intensive dans toute la « zone tampon » et dans les parcs nationaux de la partie Ouest de la réserve (PN Sierra del Lacandon, PN Laguna del Tigre, où se trouvent également des exploitations pétrolières) ; mise en place d’une organisation communautaire dans les concessions forestières, développant une foresterie durable ; conservation environnementale et archéologique dans les parcs nationaux de Tikal et El Mirador. Quel peut être le devenir de cette dernière grande forêt dans le contexte actuel du Guatemala : croissance démographique, grande pauvreté, migration dans les basses terres, mais aussi explosion du narcotrafic et de la violence dans ce qui est la frontera sur du Mexique ?

Jean-Christian Tulet (GEODE): « La déforestation dans les Llanos occidentales du Venezuela, une frontière agropastorale dynamique ».

Les Llanos occidentales du Venezuela ont eu un destin assez particulier. Même si avec Chavez, cette région a vu naître la figure politique la plus imposante des dernières décennies, cette région a perdu le rôle majeur qu’elle a occupé pendant des siècles, et que l’on perçoit toujours dans certains éléments constitutifs de la culture nationale (en particulier dans le culte de l’homme à cheval et dans la musique populaire).

Cet affaissement du rôle de cette région tient pour une large part aux conséquences des guerres internes qui ont secoué le pays (la Guerre fédérale en particulier dans les années 1850) et qui ont abouti à une diminution très sensible de la population régionale. Les Llaneros, hommes à cheval, comparables aux gauchos ou mêmes aux hommes de l’Ouest nord américain, ont payé le prix fort tout au long de ces guerres. Il en a résulté une déprise humaine importante, accentuée par le développement des endémies (le paludisme) et la fuite des survivants vers des lieux plus acceptables (la Montagne andine). L’affaissement de l’occupation humaine a provoqué la croissance spectaculaire des espaces forestiers, qui passent de quelques 20 % de la superficie régionale au début du XIX° siècle à près de 45 % dans les années 1950 !

A partir de cette période, un retournement tout aussi spectaculaire se manifeste. Les nouveaux moyens de lutte contre le paludisme et l’ouverture de nouvelles voies de communication provoquent l’ouverture de fronts pionniers agropastoraux particulièrement actifs. La déforestation devient intense et provoque une régression rapide des espaces boisés. Mais cette nouvelle occupation de l’espace reste marquée par des traits assez particuliers, du fait d’une relative instabilité dans le contrôle territorial, un impact relativement faible de la part de l’Etat et une violence quotidienne qui semble s’accroître.

Migrations… idées et représentations dans les Amériques

logoIdA4compressé31ères Doctoriales Pôle Sud-Ouest

Institut des Amériques, 22 mars 2013, Université de Toulouse-Le Mirail (Salle du château)

9h-9h30 Ouverture (présentation de l’IdA et du Pôle Sud-Ouest)

9h30-12h30 Migrations, réseaux, collectifs et associations  

Discutants : Nathalie Dessens, Richard Marin  et Modesta Suarez

– Fabien LAFFONT, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « Dynamique des migrations transnationales boliviennes à destination du Brésil » (2e année, directrice Angelina Peralva)

– Osvaldina DOS SANTOS ARAUJO, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « La migration des Brésiliens au Suriname et la traite internationale des êtres humains » (2e année, directrice Angelina Peralva)

11h00-11h15 Pause café

– Gabriela CARIAS-REYES, Université de Toulouse 2-Le Mirail : « Protestation et démocratie. Analyse microsociologie de la mobilisation du collectif Féministes en Résistance contre le coup d’Etat de juin 2009 au Honduras » (1e année, directrice Angelina Peralva)

12h15-13h45 Pause déjeuner

14h-17h Politiques, idées et représentations

Discutants : Françoise Coste, Eric Dubesset, Annick Holle et Modesta Suárez

– Pablo VIRGUETTI VILLARROEL, Université Montaigne-Bordeaux 3 : « Le rapport mimétique dans Los detectives salvages de Roberto Bolaño » (2e année, directeur Raphaël Esteve).

– Liliana CANO, IEP de Toulouse: « Politique Fiscale et réduction des inégalités économiques en Amérique Latine : le cas de l’Equateur » (3e année, directeur Denis Requier-Desjardins).

15h30-16h00 Pause café

– Mara SIERRA JIMENEZ, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Approche comparative de systèmes de gestion dans des parcs nationaux habités d’Amérique. La dimension dialogico-réflexive de l’adaptation dans les processus de construction et de gestion territoriale ? Exemples du cas colombien, guyanais et québécois » (3e année, directeur Jean-Yves Puyo)

Les Amériques noires : identités et réprésentations

Copyright: Callejón del Chorro. La Havane. Richard CLAVAUD – Sud[s] Concepts.

Journée d’études organisée par l’IRIEC-Toulouse et l’IPEAT (Université Toulouse 2-Le Mirail), le vendredi 8  février 2013, 9h-17h.

Lieu : Université de Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle OBM 4

Programme

Responsables et contacts: Cristina DUARTE SIMÕES et Sylvie MÉGEVAND

Aux Amériques, les puissances coloniales européennes, puis les premières républiques, ont fait de la traite et de l’esclavage des Noirs un des principaux moteurs de leur prospérité économique, qu’il s’agisse de l’exploitation minière ou des grandes plantations. Déportées par millions au cours des siècles, niées dans leur humanité et leurs cultures, les populations d’origine africaine ont dû survivre à la tragédie individuelle et collective de la traite et de la condition servile. Survivre a impliqué de se reconstruire : la tragédie de l’esclavage est aussi l’histoire des luttes pour l’émancipation et la dignité, depuis les palenques et les quilombos d’Amérique latine jusqu’aux combats pour l’égalité des droits aux États- Unis, dans les années 1960. Du nord au sud du continent, les « Amériques noires » – pour reprendre l’heureuse expression de Roger Bastide – sont à la fois cohérentes et diverses : pétrie de syncrétismes religieux et culturels, souvent réévaluée à l’aune du métissage, l’africanité a fait germer des identités et des pensées nouvelles, dont la négritude est désormais un des axes forts.

Cette journée d’étude se propose d’aborder, grâce à des études géographiquement et culturellement diverses (Amérique Latine, Caraïbe, États-Unis), la richesse identitaire née de l’esclavage, de l’africanité et du métissage, ainsi que les représentations qui en sont issues (histoire, fiction, récits, iconographie, etc.).

Étapes, escales et relais en Amérique latine : cinq siècles d’histoire des haltes

Le colloque international TEMA 2013 prévu du 3 au 5 octobre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et dans le cadre de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 s’inscrit dans le prolongement des colloques TEMA 2010 et 2011, réunissant géographes, historiens et linguistes, spécialistes de l’image, de la littérature, architectes et ethnologues. Le cadre chronologique est élargi de l’époque coloniale au XXe siècle. Les sources des communications seront présentées de manière innovante pour cartographier les escales et des étapes de l’ensemble du continent jusqu’à la Terre de Feu.

Les propositions de communication seront adressées en français ou en espagnol jusqu’au 15 décembre 2012 à temabordeaux@gmail.com avec le titre, un cv d’une dizaine de lignes, les mots clefs et un résumé limité à 200 mots.

AppelTEMA2013

Ressources électroniques sur l’Amérique latine

Une ressource incontournable pour les études latino-américaines, proposées par le CEDOCAL (Centre de documentation sur l’Amérique latine), et accessibles via compte ENT pour les étudiants et chercheurs rattachés à l’Université de Toulouse 2-Le Mirail.

  • HAPI online (Hispanic American Periodicals Index) : base de données bibliographique issue du dépouillement, depuis 1970, de près de 700 revues de références publiées à travers le monde sur l’Amérique latine et les Caraïbes, dans tous les domaines des sciences humaines et sociales.

Pour obtenir des informations ou de l’aide dans vos recherches documentaires, n’hésitez pas à contacter le CEDOCAL : Chloée Fabre et Margarita Rault

Mauvais sujets dans les Amériques



La journée d’étude « Mauvais sujets dans les Amériques » aura lieu les 16 et 17 janvier, en salle D29 de la Maison de la Recherche (Université Toulouse 2-Le Mirail).

Télécharger le programme de la journée d’étude.

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre de l’association ATRIA, avec le soutien du laboratoire LISST-CAS.

La dernière séance de SCRIPT, de la recherche de l’image à l’image de l’Amérique latine, sera associée à cette journée.SCRIPT (SCiences, Recherche et Images, Pluridisciplinaires à Toulouse) est un cycle bimestriel de soirées de projection autour des différentes modalités de rencontres entre la recherche et les arts audio-visuels sur l’Amérique latine. Ces projections se déroulent à l’ESAV (Ecole Supérieure de l’Audiovisuel, Université Toulouse-Le Mirail) et sont suivis d’un débat et d’un pot convivial.

 

Dans le cadre des journées « Mauvais sujets dans les Amériques » des 16 et 17 janvier 2012, et pour clore notre cycle, nous vous proposons d’assister à la projection de :

« Les travestis pleurent aussi« ,  documentaire réalisé par Sebastiano d’Ayala Valva, 2006, 54mn.

lundi 16 janvier à 19h30 à l’ESAV (56 rue du Taur)

Synopsis :
Dans une petite impasse près de la Place de Clichy, se dressent face à face deux hôtels glauques comme tant d’autres dans ce quartier. Derrière ces façades anonymes, se cachent les vies marginales de plusieurs transsexuels d’origine équatorienne qui se prostituent au Bois de Boulogne, dont Romina et Mujeron. Entre optimisme et fatalisme, légèreté et souffrance, culpabilité et fierté, le parcours de Mujeron et Romina passe de la complicité joyeuse à la détresse solitaire. Le débat sera animé par Maureen Burnot, qui réalise actuellement une thèse d’anthropologie sur les cultes de deux saints populaires en Argentine, le Gauchito Gil et le San la Muerte. Sensible aux
liens que peuvent tisser entre eux le cinéma et l’anthropologie, elle mène en parallèle à ses recherches différents projets de réalisation documentaire.

Thèse : poésie mexicaine

Soutenance de thèse de doctorat, Université de Toulouse – École Doctorale TESC – FRAMESPA.

Jean-Paul Pizarro-de Trenqualye : Une modernité baroque : de José Gorostiza à Sor Juana Inés de la Cruz, dirigée par Modesta Suárez, Enseignant-Chercheur, laboratoire FRAMESPA et Département d’Etudes Ibériques et Ibéro-américaines.

Vendredi 2 décembre 2011 – 9h30
Salle Mérimée – Département d’Etudes Ibériques et Ibéro-américaines, Université de Toulouse 2- Le Mirail.

Les membres du jury sont :
Gérard Borras, Professeur des Universités, Université de Rennes 2
Catherine Heymann, Professeur des Universités, Université de Toulouse-Le Mirail
Fernando Moreno, Professeur des Universités, Université de Poitiers
Modesta Suárez, Professeur des Universités, Université de Toulouse-Le Mirail

Navigations et mobilités : ancrage dans le siècle des indépendances latino-américaines

Journée d’étude organisée par l’équipe AMERIBER (EA3656 Amérique Latine, Pays Ibériques), Axe TEMA (Transports, Echanges, Mobilités dans les Amériques) de l’IdA Pôle Sud-ouest. Coordination de la journée : Isabelle.Tauzin@u-bordeaux3.fr

Date et lieu : Vendredi 2 décembre 2011 (9h-17h), Maison des sciences de l’Homme d’AquitaineBordeaux-Pessac. Programme

Cette 2e journée d’étude 2011 du projet TEMA dans le cadre de l’équipe  Ameriber- Université de Bordeaux 3, sera l’occasion d’une réflexion sur l’histoire culturelle et sociale de la navigation et des échanges maritimes et dans l’espace latino-américain au lendemain des guerres d’indépendance.

Les débats qui confronteront les approches transatlantiques et nationales (Cuba, Argentine, Paraguay, Chili,  Pérou) s’inscriront dans le prolongement des travaux publiés en juin dans le volume « A pied, à cheval en voiture : l’Amérique indépendante et les moyens de transport » (Bordeaux, MSHA).