Archives par étiquette : Amériques

Eau et vulnérabilité dans les Amériques

ORLAAppel à contribution revue L’Ordinaire des Amériques qui a rejoint cette année revue.org. Cet appel concerne le numéro 4 prévue pour le printemps 2014 de la nouvelle version de la revue et porte sur le thème « Eau et vulnérabilités dans les Amériques ».

Coordination
Alexandra Angéliaume‐Descamps (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Anne Peltier (GEODE UMR 5602 UTM, Toulouse, France)
Arturo Vallejos (Universidad de Los Lagos, Osorno, Chili)

Appel à proposition

Dans un contexte d’évolution des conditions climatiques, économiques et sociétales, la gestion de l’eau se trouve au cœur des questions de santé, de sécurité, de qualité de vie ou encore de développement. Face à une ressource en eau de plus en plus sollicitée et qui se dégrade qualitativement et quantitativement, face aussi à des interrogations sur l’évolution future des aléas en contexte de réchauffement climatique, se pose la question de la vulnérabilité et de la résilience des sociétés. La persistance voire l’augmentation des catastrophes liées à l’eau (pollutions, sécheresses, inondations) dans un monde de plus en plus apte techniquement à agir sur les aléas met en effet en lumière la forte vulnérabilité des sociétés face à ce type de risque. Si l’anthropisation des aléas (inondation par ruissellement urbain, contamination anthropique des eaux, assèchement de zones humides, etc.) est incontestable et constitue un facteur aggravant, la part de la vulnérabilité sociale dans l’occurrence des catastrophes est aujourd’hui reconnue comme un facteur déterminant.

Cette vulnérabilité peut être considérée comme une propriété intrinsèque d’un groupe social, indépendante des aléas. Elle apparaît alors comme touchant particulièrement les groupes sociaux socialement ou économiquement marginalisés. Dans cette perspective se pose la question de la façon dont ces sociétés « fondamentalement » vulnérables s’organisent face aux risques liés à l’eau. Dans quelle mesure les risques liés à l’eau constituent-ils un élément supplémentaire de vulnérabilisation de ces sociétés ? Inversement, ces sociétés ne mettent-elles pas également en œuvre, dans ou hors du cadre réglementaire, des stratégies d’adaptation originales ?

La vulnérabilité peut également, c’est le cas le plus fréquent, être analysée en référence à un type spécifique d’aléa. On peut alors identifier diverses vulnérabilités : matérielles, structurelles ou encore fonctionnelles, relatives au contexte et aux facteurs de mise en vulnérabilité. Les premières concernent l’endommagement matériel, portant atteinte à l’intégrité physique d’un enjeu donné. Les deuxièmes portent sur l’endommagement du fonctionnement, assimilable à une perturbation qui empêche l’enjeu d’assurer sa fonction (de production ou de service). Enfin, les troisièmes structurelles portent sur l’endommagement de la structure ou de l’organisation. Cette vulnérabilité tend à s’accroître du fait de l’évolution même des sociétés (dépendance à la ressource de confort, de production, valeur croissante des constructions dans les zones inondables, etc.). Il est vrai que les situations et les enjeux, et de fait les vulnérabilités, ont considérablement évolué au cours des dernières décennies. Les espaces ruraux sont soumis à des transformations socio-spatiales rapides et intenses avec par exemple le développement de systèmes agricoles intensifs irrigués sur les hautes terres tropicales. La croissance urbaine rapide, parfois difficilement contrôlée, et génératrice de fortes disparités sociospatiales, engendre une vulnérabilité urbaine d’autant plus grande qu’elle est souvent sous-estimée. Dans ce contexte, les marges ou espaces d’interface apparaissent comme des zones d’enjeux croisés et multiples dans lesquels se nouent les conflits et où se joue, autour de l’aménagement du territoire, la vulnérabilité de demain.

De cette diversité des contextes d’exposition, des capacités ou non de résilience locale ou institutionnelle, découlent une grande diversité de situations de vulnérabilité face aux risques liés à l’eau, dont l’Amérique se fait le reflet, par des contrastes ou des trajectoires communes entre nord et sud. Loin de prétendre dresser un tableau exhaustif, ce qui serait bien impossible, cet appel souhaite présenter un reflet de cette diversité des vulnérabilités, des dispositifs locaux ou institutionnels de résilience, etc. soit par des approches à dominante spatiale, sociale, hydrologique, économique ou physico-chimique, soit à la croisée de ces approches dans le cadre de démarches interdisciplinaires. Nous proposons ainsi quelques pistes de questionnement, entre autres thématiques, qui pourront guider nos réflexions afin d’alimenter les avancées sur les études des vulnérabilités aux risques liés à l’eau dans les Amériques (de fait, les contributions attendues devront impérativement reposer sur des exemples pris dans les Amériques et intégrer un des points suivants) :

  • Comprendre et évaluer la construction et les mutations des vulnérabilités sociales liées à l’eau, soit mesurer les évolutions et les mutations récentes de ces vulnérabilités
  • Evaluer les conditions de résilience et les outils de réduction mis en œuvre (gouvernance environnementale, adaptations locales, gestion participative)
  • L’urbain et le rural, les zones de contact urbain/rural : diversité des espaces, diversité des constructions et des stratégies d’adaptation/résilience en matière de vulnérabilités sociales
  • Amérique du nord/Amérique du sud : confronter les savoirs, les enseignements, les vulnérabilités sociales et les processus d’adaptation face aux risques liés à l’eau

Nous attendons donc vos propositions afin d’illustrer et/ou croiser ces divers questionnements autour des vulnérabilités sociales liées à l’eau dans les Amériques.

Délais et consignes
Les intentions de contributions (titre, mots clés, et résumé ne dépassant pas 3 000 signes, en français ou anglais ou espagnol) doivent être adressées à Alexandra Angéliaume‐Descamps GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM et Anne Peltier GEODE UMR 5602 CNRS ‐ UTM  au plus tard le 30 avril 2013.

L’information concernant les résumés retenus sera donnée le 15 mai 2013 et les textes sélectionnés devront être remis le 30 juillet 2013 pour une parution en janvier 2014. Les articles seront soumis dans l’une des quatre langues de publication de la revue (anglais, espagnol, français, portugais). Les résumés et cinq mots‐clefs, dans au moins deux des quatre langues de la revue dont la langue d’origine et l’anglais (le Comité éditorial se charge de la traduction du résumé et des mots‐clefs dans les deux autres langues). Pour plus de détail, voir le site de la revue.

Télécharger l’appel à contribution (anglais)

Télécharger l’appel à contribution (espagnol)

La revue l’ORdinaire Latino-Américain (ORLA), portée par l’IPEAT (Institut pluridisciplinaire d’études sur les Amériques à Toulouse) prend un nouvel envol. Revue
pluridisciplinaire centrée sur les sciences humaines, et sur l’art et la littérature, s’intitulant désormais l’ORDinaire des Amériques (ORDA), la revue s’ouvre à
l’ensemble des Amériques, devient une revue en ligne, et renforce plus avant sa légitimité scientifique en associant de grandes personnalités du monde académique à son comité d’évaluation scientifique.

Revue ORDA ‐ UTM – 5 allées Antonio Machado 31 058 Toulouse cedex
http://ipeat.univ‐tlse2.fr/accueil/publications/l‐ordinaire‐des‐ameriques/

L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs

espaceAtlantL’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs. Les réseaux familiaux atlantiques de couleur

Journée d’études organisée par le CAS (Cultures Anglo-Saxonnes), Framespa et Suds d’Amériques-Espaces atlantiques. Coordination : Nathalie Dessens et Zélie Navarro-Andraud. Elle aura lieu le 29 mars 2013, 9h-17h30 à l’Institut des Amériques, 175 rue du Chevaleret, Paris XIII, 8e étage, bureau 8A35. Télécharger le  programme

Cette journée s’inscrit dans une réflexion sur l’espace atlantique entamée il y a deux ans et menée lors de deux journées d’étude intitulées « Le lien familial à l’épreuve de l’Atlantique » et « Les réseaux familiaux atlantiques », qui se sont tenues à l’Université de Toulouse II-Le Mirail en 2010 et 2011 ; ayant donné lieu à la publication, en février 2012, d’un numéro spécial de la revue en ligne Les Cahiers de FRAMESPA (Nathalie DESSENS et Zélie NAVARRO-ANDRAUD dirs., Cahiers de FRAMESPA « L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs », n°9, URL: http://framespa.revues.org/978).

Dans le prolongement de l’interrogation et des débats initiés nous souhaitons, aujourd’hui, poursuivre la réflexion en l’orientant vers la question des réseaux familiaux atlantiques de couleur. Cette nouvelle précision dans l’angle d’approche résulte d’une constatation établie lors de la dernière journée d’étude. Alors que les exemples de tels réseaux se sont avérés multiples, l’une des constantes soulignée fut que les familles examinées étaient toutes blanches, ou presque. Cet élément imprévu nous a alors fortement interpellés. L’histoire atlantique serait-elle encore perçue et traduite comme celle du White Atlantic, développée dans les années 1950-1960, malgré l’émergence dès les années 1970 de l’histoire du Black Atlantic ? Ou bien, de façon plus factuelle, les difficultés de recomposition des réseaux familiaux de couleur pour les périodes les plus anciennes additionnées à la rupture brutale des liens par la traite sontelles, tout simplement, à l’origine d’une carence des études de ce champ d’investigation ?

Au regard de l’historiographie internationale et des travaux menés par certains laboratoires nous savons que l’état de la question est loin d’être aussi manichéen, comme le démontre, par exemple, la sortie de l’ouvrage récent de Rebecca Scott et Jean Hébrard Freedom Papers : An Atlantic Odyssey in the Age of Emancipation (Cambridge, Mass. et Londres : Havard Université Press, 2012). Cette journée a donc pour ambition d’établir la dynamique de la réflexion atlantique en matière d’histoire familiale et raciale. A la lumière des deux journées précédentes, il s’agira d’aborder l’Atlantique à la fois comme une interface familiale et comme un outil de mobilité sociale. Dans cette perspective, une attention toute particulière sera portée à la constitution de réseaux familiaux de couleur entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, à la dynamique interne impulsée par leur rapport à l’Atlantique et à la façon dont ces réseaux réifient ou non cet espace.

 

Approches interdisciplinaires du rire dans les Amériques

 Drôle de Journée d’ATRIA: Approches interdisciplinaires du rire dans les Amériques

Jeudi 31 janvier 2013, 9h-17h, Université Toulouse II-Le Mirail, Maison de la Recherche, Salle OBM1.

Cette journée se veut un premier temps de réflexion interdisciplinaire sur le rire dans les Amériques qui, on espère, se poursuivra au sein d’ATRIA. Sans prétendre à quelconque définition, on abordera les principales théories sur le rire et l’humour tout en étudiant chaque cas spécifique. A la lumière de l’anthropologie, des études culturelles et littéraires, on pourra constater la diversité des formes et rendre au rire de sa complexité.

A midi, buffet bio préparé par La Belle Verte.

Téléchargerle programme

L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs

Journée d’étude co-organisée par les laboratoires Framespa, Cultures Anglo-Saxonnes (Université Toulouse 2) et Suds d’Amériques-Espaces atlantiques  : vendredi 29 mars 2013

Lieu : Institut des Amériques
175, rue du Chevaleret
75013 Paris

Cette journée s’inscrit dans une réflexion sur l’espace atlantique entamée il y a deux ans et menée lors de deux journées d’étude intitulées « Le lien familial à l’épreuve de l’Atlantique » et « Les réseaux familiaux atlantiques », qui se sont tenues à l’Université de Toulouse II-Le Mirail en 2010 et 2011 ; ayant donné lieu à la publication, en février 2012, d’un numéro spécial de la revue en ligne à comité de lecture Les Cahiers de FRAMESPA (Nathalie DESSENS et Zélie NAVARRO-ANDRAUD dirs., Cahiers de FRAMESPA « L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs », n°9, URL: http://framespa.revues.org/978).

Les résumés, de 600 mots maximum, sont à adresser conjointement à Nathalie Dessens et Zélie Navarro-Andraud avant le 7 janvier 2013.

Appel à communication

Transports, Echanges et Mobilités dans les Amériques

Le colloque international TEMA (Transports, Echanges et Mobilités dans les Amériques) 2013 prévu du  3 au 5 octobre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et dans le cadre de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 s’inscrit dans le prolongement des colloques TEMA 2010 et 2011, réunissant géographes, historiens et linguistes, spécialistes de l’image, de la littérature, architectes et ethnologues. Le cadre chronologique est élargi de l’époque coloniale au xxe siècle.

AppelTEMA2013

Contact : Isabelle Tauzin

Ils ont fait les Amériques

Après le 2e colloque sur Transports et Echanges dans les Amériques (TEMA), organisé à Pau en janvier 2011, le groupe thématique a le plaisir de vous faire part de son ouvrage collectif, bel exemple de projet transaméricain :

 

 

 

Ils ont fait les Amériques…, codirigé par Laurent Dornel, Michèle Guicharnaud-Tollis, Michael Parsons et Jean-Yves Puyo, édité aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Pour commander l’ouvrage, télécharger le bon de commande.

Les Français et les Amériques

Nos Paquebots Transatlantiques. La Navarre. Carte postale non datée © Creative Commons

Exils et migrations (1815-1914)

Jeudi 3 Mai 2012, 18:30, Cité nationale de l’histoire de l’immigration (293, avenue Daumesnil, 75012 Paris)

Conférence de Sylvie Aprile, professeur en histoire contemporaine, Université Lille III, IRHIS-UMR CNRS et de Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, animée par Emmanuelle Loyer, professeur en histoire contemporaine, Sciences Po Paris.

Volontaires ou contraints, les mouvements migratoires des Français sont rarement évoqués. Pourtant, au cours XIXe siècle par exemple, près de 500 000 Français auraient émigré, notamment vers les Amériques. Quelle histoire peut-on faire de ces migrations françaises transatlantiques ? Les deux derniers siècles seront abordés au cours de cette conférence, avec un focus sur deux périodes clés : le XIXe, quand se développent les échanges entre la France et les Amériques, et la fin du XXe siècle, porteur d’un travail de mémoire pluriel sur les communautés françaises à l’étranger.

IdeAs, revue en ligne de l’IdA

IdeAs. Idées d’Amériques est une revue électronique en libre accès de l’Institut des Amériques. Suivant une approche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, la revue est dédiée à l’étude du continent américain dans sa totalité et ouvre chaque année deux numéros thématiques publiant des articles comparatistes et transnationaux. IdeAs entend utiliser la publication en ligne pour créer un espace d’échanges sur les sujets traités et favoriser une politique de traduction active. http://ideas.revues.org/

 

Le sociologue David Kyle donne deux conférences à Toulouse

Conférence d’ouverture de l’année universitaire par l’Institut Pluridisciplinaire pour les études sur les Amériques à Toulouse (IPEAT) et le laboratoire LISST.

Le sociologue David Kyle, Directeur du Glifford Center for Population de l’Université de Californie at Davis, donnera deux conférences à Toulouse :

Le 19 septembre à 14h à la Maison de la Recherche, salle D31, avec traduction simultanée : « Réfugiés climatiques – que faire ? »

Conférence d’ouverture de l’Université Populaire du Mirail : le 20 septembre, à 18h au Centre Culturel Henri Desbals, à côté du métro Bagatelle :
« La fabrication du prolétariat mobile », avec traduction simultanée.

David Kyle est l’auteur de deux livres remarqués : « Transnational Peasants », qui traite d’une success story, celle des Otavalos, des Indiens équatoriens qui ont réussi à tirer leurs marrons du feu en s’inscrivant de façon positive dans la mondialisation et « Global Human Smuggling » sur le versant sombre des trafics mondiaux.

Ces conférences se font avec le soutien du Consulat des Etats-Unis à Toulouse et l’ambassade américaine à Paris.

Programme franco-brésilien de coopération et recherche : Trajectoires, circuits et réseaux dans la mondialisation

L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs

L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs : Les réseaux familiaux atlantiques

Journée d’étude Framespa-Suds d’Amériques-Espace atlantique. 1er avril 2011,  9h – 17h, coordonnée par Nathalie Dessens et Zélie Navarro-Andraud

Université Toulouse 2-Le Mirail, plan campus UTM, Maison de la Recherche, Salle A 306

Voir l’ affiche. Télécharger le PROGRAMME

Cette journée s’inscrit dans une réflexion sur l’espace atlantique entamée l’an dernier lors d’une première journée d’étude intitulée « Le lien familial à l’épreuve de l’Atlantique », qui s’est tenue à l’Université de Toulouse II-Le Mirail le 12 février 2010. Suite à l’intérêt éveillé par l’angle d’analyse et les débats alors initiés, nous souhaitons, cette année, poursuivre la réflexion en l’orientant, d’une part, vers les concepts d’histoire atlantique et d’espace atlantique, qui ont alors suscité un certain questionnement, et d’autre part vers la question des réseaux familiaux atlantiques. A travers la présentation de ces concepts, l’évocation, à l’échelle internationale, des débats qui les sous-tendent et des historiographies nationales qui en ont découlé, cette journée a pour ambition d’établir la dynamique de la réflexion atlantique et son essor actuel. Par ailleurs, la question se veut moins personnelle et individuelle que celle considérée lors de la dernière journée d’étude. Ainsi, dans le foisonnement des recherches en cours et par rapport à la journée de 2010, il s’agirait ici d’aborder l’Atlantique, non plus exclusivement comme une interface familiale, mais comme un outil de mobilité sociale. Dans cette perspective, une attention toute particulière sera portée à la constitution de réseaux familiaux entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques et à la façon dont ces derniers ont utilisé l’outil Atlantique.

Laboratoire Suds d’Amériques. Espaces atlantiques. Patrimoines, Langues, Interculturalités, Université de Versailles St Quentin, EA 2450.