Archives par étiquette : déforestation

Arbre frontière/Forêt frontière dans le monde hispanique et hispano-américain…

Photo : P Traisnel

Photo : P Traisnel

Journée d’études Framespa : « Arbre-frontière/Forêt-frontière dans le monde hispanique et hispano-américain du Moyen Age à l’époque contemporaine ».

Vendredi 19 avril 2013, Université Toulouse 26 Le Mirail, Maison de la Recherche, Salle A 306 (10h15-16h30).

Responsables : Luis Gonzalez et Catherine Heymann . Télécharger le programme

 Qu’elle marque la limite entre monde « civilisé » et monde « sauvage », entre société agricole et société nomade, qu’elle soit zone-tampon séparant des groupes humains, confins militaires ou espace de guerre dont les enjeux territoriaux sont souvent liés à la présence de ressources naturelles, la forêt a accompagné l’histoire des collectivités humaines.

Après deux journées consacrées respectivement aux imaginaires et aux représentations de l’Arbre (en 2011 et en 2012), cette journée portera plus spécifiquement sur les réalités géographiques et historiques de « l’arbre-frontière » / de « la forêt-frontière », que cette frontière soit politique ou espace en voie d’organisation, dans le monde hispanique et hispano-américain.

Sébastien Poublanc (FRAMESPA) : « Louis de Froidour, forestier de Louis XIV, sur la frontière méridionale ».

Au XVIIe siècle, une réforme forestière d’envergure eut lieu à l’échelle du royaume. Connue sous le nom de Grande Réformation, elle vit l’envoi de commissaires réformateurs dans tous les départements forestiers – ou grandes maîtrises des Eaux et Forêts.

Leur tâche consistait à réformer ces départements et à augmenter les revenus procurés par les forêts. Dans le cadre de la grande maîtrise de Toulouse, cette opération s’apparenta à la recherche du patrimoine forestier de la couronne et à l’établissement d’une administration à même de le gérer.

Louis de Froidour, qui en fut le principal réformateur, arpenta l’intégralité du ressort de la grande maîtrise, des Pyrénées au Rhône et nous a légué des témoignages fameux sur l’utilisation de l’arbre et de la forêt. De ces archives, il apparaît que loin de former un territoire connu et familier, les sylves méridionales étaient largement méconnues de la monarchie. En ce sens, elles formaient une véritable frontière culturelle sur laquelle allait veiller la nouvelle administration forestière.

Catherine Heymann (FRAMESPA) : « Quelques arpents d’Amazonie au cœur d’un des plus vieux conflits frontaliers : Pérou-Equateur ».

En 1995, le Pérou et l’Equateur s’affrontent lors de la « guerre du Cenepa » (département de Amazonas ; entre la Cordillère du Condor et le Haut Cenepa, un affluent du Marañon). C’est le dernier épisode belliqueux d’une longue série de conflits dont l’origine remonte à la période de l’Indépendance.

Au cœur du problème : un morceau de forêt amazonienne (moins de 400 km2), mal connu et mal intégré au territoire que se disputent les deux belligérants, qui lui prêtent cependant des richesses supposées. Plus qu’un conflit économique, il s’agit avant tout d’un problème territorial qui a cristallisé le nationalisme des deux États tandis que les populations autochtones, vivant à cheval sur la frontière, pâtissaient de la situation.

Jean-Paul Métailié (GEODE): « ‘La dernière forêt’. La réserve de biosphère Maya (Guatemala), entre  frontière agraire, gestion communautaire et conservation patrimoniale.

La réserve de Biosphère Maya a été créée en 1990 sur 21 000 km2 dans le nord du Guatemala, dans le département du Petén dont elle couvre près de 60% de la superficie. L’objectif était de protéger une des dernières grandes zones de forêt tropicale en Amérique centrale, adossée aux réserves de Montes Azules et Calakmul au Mexique. A cette époque, la guerre civile était en train de s’achever et la forêt, encore ample et dense, avait été une zone de guerrillas et de terribles combats. Depuis sa création, la réserve a été soumise à des évolutions contradictoires : colonisation agro-pastorale intensive dans toute la « zone tampon » et dans les parcs nationaux de la partie Ouest de la réserve (PN Sierra del Lacandon, PN Laguna del Tigre, où se trouvent également des exploitations pétrolières) ; mise en place d’une organisation communautaire dans les concessions forestières, développant une foresterie durable ; conservation environnementale et archéologique dans les parcs nationaux de Tikal et El Mirador. Quel peut être le devenir de cette dernière grande forêt dans le contexte actuel du Guatemala : croissance démographique, grande pauvreté, migration dans les basses terres, mais aussi explosion du narcotrafic et de la violence dans ce qui est la frontera sur du Mexique ?

Jean-Christian Tulet (GEODE): « La déforestation dans les Llanos occidentales du Venezuela, une frontière agropastorale dynamique ».

Les Llanos occidentales du Venezuela ont eu un destin assez particulier. Même si avec Chavez, cette région a vu naître la figure politique la plus imposante des dernières décennies, cette région a perdu le rôle majeur qu’elle a occupé pendant des siècles, et que l’on perçoit toujours dans certains éléments constitutifs de la culture nationale (en particulier dans le culte de l’homme à cheval et dans la musique populaire).

Cet affaissement du rôle de cette région tient pour une large part aux conséquences des guerres internes qui ont secoué le pays (la Guerre fédérale en particulier dans les années 1850) et qui ont abouti à une diminution très sensible de la population régionale. Les Llaneros, hommes à cheval, comparables aux gauchos ou mêmes aux hommes de l’Ouest nord américain, ont payé le prix fort tout au long de ces guerres. Il en a résulté une déprise humaine importante, accentuée par le développement des endémies (le paludisme) et la fuite des survivants vers des lieux plus acceptables (la Montagne andine). L’affaissement de l’occupation humaine a provoqué la croissance spectaculaire des espaces forestiers, qui passent de quelques 20 % de la superficie régionale au début du XIX° siècle à près de 45 % dans les années 1950 !

A partir de cette période, un retournement tout aussi spectaculaire se manifeste. Les nouveaux moyens de lutte contre le paludisme et l’ouverture de nouvelles voies de communication provoquent l’ouverture de fronts pionniers agropastoraux particulièrement actifs. La déforestation devient intense et provoque une régression rapide des espaces boisés. Mais cette nouvelle occupation de l’espace reste marquée par des traits assez particuliers, du fait d’une relative instabilité dans le contrôle territorial, un impact relativement faible de la part de l’Etat et une violence quotidienne qui semble s’accroître.