Archives par étiquette : XIXe-XXIe siècles

De mer, de terre et de verre : littératures d’Amérique

NovelaTerreMerUne journée d’étude « De mer, de terre et de verre : littératures d’Amérique« , organisée par Nathalie Cochoy (Université Toulouse 2-Le Mirail,  Equipe Cultures anglo-saxonnes – CAS, Axe 5 : Etudes Américaines / Poéthiques) et Jean-Jacques Delfour, aura lieu le samedi 12 octobre 2013 à 14h, dans le cadre du festival la Novela (Communauté Urbaine, Toulouse métropole).

Programme Littératures d’Amérique

 
Lieu : Toulouse, Place du village du Quai La Novela, Jardin du Grand Rond

Amérique(s) anarchiste(s) : expressions libertaires du XIXe au XXIe siècle

Colloque International sur l’anarchie aux Amériques (Nord et Sud) organisé par le centre de recherche LLACS, Université Paul Valéry – Montpellier III

Jeudi 10 et Vendredi 11 octobre 2013

Appel à communication :

Si les théoriciens fondateurs de l’anarchisme (depuis Proudhon jusqu’à Malatesta en passant par Bakounine ou encore Kropotkine) sont issus de la vieille Europe, le mouvement anarchiste s’est amplement répandu à travers le Nouveau Monde à la charnière des XIXe et XXe siècles et l’influence des anarchistes a été cruciale dans l’Histoire politique des Amériques des années 1870-1930. La formation des syndicats ouvriers états-uniens, la genèse de la Révolution mexicaine ou la convocation des premières grèves générales en Argentine n’en sont que les démonstrations les plus connues…

Pour éveiller les consciences d’une population souvent peu éduquée, notamment dans le domaine politique, militants et activistes élaborèrent une sorte de « Pédagogie propagandistique » destinée à dénoncer et expliquer les injustices dont les masses travailleuses étaient victimes et pousser ces dernières à réagir en termes simples et compréhensibles par tous. Ainsi, des écoles anarchistes furent créées au Brésil afin d’éduquer les plus jeunes tout en les initiant aux principes de la pensée libertaire. D’une façon plus générale, les journaux de propagande recoururent régulièrement à des langues différentes de celle de leur lieu de publication, afin d’être accessibles à un prolétariat souvent issu d’une immigration récente. Enfin, les anarchistes mexicains ou péruviens, qui s’adressaient la plupart du temps à des populations totalement illettrées, privilégièrent certaines formes littéraires, telles que le conte allégorique –facilement compréhensible, mémorisable et donc transmissible oralement– ou le théâtre –dont la représentation facilitait l’identification du spectateur aux personnages évoqués et donc l’appropriation par le premier des idéaux portés par le second.

L’objectif de ce colloque sera dans un premier temps d’étudier et d’analyser l’important corpus journalistique, littéraire et didactique des différents mouvements anarchistes américains, en abordant non seulement les questions de fond et de forme, mais aussi celle des réseaux mis en place pour la diffusion de publications souvent clandestines. Par ailleurs, l’anarchisme considérant toute production artistique comme un outil non seulement de propagande, mais également d’éducation et d’émancipation des masses, nous nous intéresserons dans un deuxième temps aux interactions, directes ou indirectes, entre création artistique et pensée libertaire, ainsi qu’à l’éventuelle émergence de formes an-art-chisantes.

L’ensemble de ces réflexions portera non seulement sur la période correspondant à l’ âge d’or  de l’anarchisme dans le Nouveau Monde (Nord et Sud), mais aussi sur les décennies qui ont suivi son déclin, voire sa disparition du paysage politique américain, sans oublier ses résurgences plus récentes, tant dans le domaine politique qu’artistique.

Les propositions de communication seront adressées à l’adresse suivante : paola.domingo@univ-montp3.fr avant le 31 mars 2013, avec le titre, un CV d’une dizaine de lignes, les mots clefs et un résumé limité à 200 mots.

Usages du passé, enjeux de la mémoire (Pérou, XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude organisée par l’IPEAT (Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse) en collaboration avec FRAMESPA UMR 5136 CNRS. jeudi 8 mars, de 9h30 à 18h15 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse 2- Le Mirail, salle D30.

Intervenants: Dorothée Delacroix (UTM, LISST), Rodrigo Díaz Maldonado (UNAM et Chaire d’études mexicaines, IPEAT), César Itier (INALCO, Paris), Richard Marin (UTM, FRAMESPA), Valérie Robin (UTM, LISST) et Sonia V. Rose (UTM, FRAMESPA).

Le documentaire de Valérie Robin (avec N. Touboul) « Sur les sentiers de la violence » (2007) sera projeté lors de la journée d’étude.

Comité d’organisation :

Sonia V. Rose, Directrice de l’IPEAT
Rodrigo Albúja
Vanessa Díaz
Marie Wurtz

Voir le programme