L’Amérique indépendante et les moyens de transport

Tauzin-Castellanos, Isabelle (dir.), A pied, à cheval, en voiture : l’Amérique indépendante et les moyens de transport, Bordeaux, 2011, MSHA, 381 p. , ISBN 978-2-85892-402-8

Ces travaux réunis dans cet ouvrage, sont les actes du 1er colloque TEMA qui s’est tenu à Bordeaux  (janvier 2010)  voir le billet.

Le XIXe siècle est représenté par le chemin de fer et le bateau à vapeur. Ces symboles de la vitesse sont-ils emblématiques du progrès pour tout l’hémisphère américain ?  L’ouvrage publié par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine sous la direction d’Isabelle Tauzin-Castellanos montre combien la situation est complexe : Cuba, qui restera une colonie espagnole jusqu’en 1898,  accueillit le chemin de fer dès 1837, bien avant les Républiques du Mexique ou du Pérou, autrefois puissantes  vice-royautés. Les indépendances latino-américaines, la fragmentation des États et l’immensité des territoires retardèrent la conquête économique de ces espaces attractifs pour l’empire britannique et l’économie  émergente des Etats-Unis.  Un facteur majeur de ce retard fut l’absence ou la vétusté des voies de communication, retard qui commencera à être compensé  avec le développement des routes internationales reliant l’ensemble du continent. « Du sentier indien à l’automobile », « Le chemin de fer : une conquête à l’envers de l’Amérique hispanique ? », « Navigation et intermodalité », et « Cuba : exemple et exception » sont les axes qui guident la lecture des contributions sélectionnées pour cette publication, première étape dans la réflexion sur l’histoire culturelle des mobilités  en Amérique latine menée par le groupe de linguistes, d’historiens et de géographes.

Contacts : Isabelle.Tauzin@u-bordeaux3.fr Marion.Daubanes@msha.fr



Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *